Ils en ont parlé

Sommaire de la page

S

R.A. Salvatore

Interview pour SFFWorld, 2001

Q: « D’où tirez vous vos idées pour les personnages et les décors de vos romans ? »

R: « Je n’ai aucune idée d'où me viennent les idées pour un roman. Je crois que cela fait partie de la magie de l’écriture, et en vérité, les bonnes idées ne font pas un bon roman. C’est l’interprétation de ces idées et la définition de leurs caractéristiques qui donnent un intérêt au livre. Quant aux décors, j’en ai créé peu, le plus notable étant Corona dans ‘DemonWars’. Celui-là sera probablement le dernier univers de fantasy que je créerais jamais, parce que j’y ai fait tout ce que j'ai toujours voulu faire. Il est pour moi ce que Les Royaumes oubliés sont pour Ed Greenwood, ce que La Terre de Milieu était pour Tolkien, et ce que Shannara est pour Terry Brooks. Je suis rentré chez moi. »

Version anglaise ∇

Lire l'interview sur le site de SFFWorld.com.

Jeff Somers

Interview pour SFFWorld, 2007

Q: « Pourriez-vous nous faire un topo sur Jeff Somers pour ceux qui ne vous connaissent pas ? »

R: « Bien sûr. Tout ce que vous avez besoin de savoir : Né à Jersey City, dans le New Jersey bien que personne ne veuille le croire parce que je ne suis pas vraiment rustre. Je suis allé à des écoles élémentaires publiques où j'ai appris à jurer de manière extravagantes et à un lycée privé jésuite où j'ai appris...eh bien, principalement le latin. J'ai été un Eagle Scout, même si mes principaux souvenirs des scouts se résument à être sale la plupart du temps, à boire du brandy de mûres bon marché, et à vivre une situation digne de Sa Majesté des Mouches chaque fois que nous allions camper. Je me suis spécialisé en anglais durant mes études supérieures parce que je suspectais (à juste titre) que cela me permettrait de dormir pendant les classes et d'en sécher la plupart. J'écris depuis que j'ai neuf ans environ, depuis que j'ai réalisé un exercice de plagiat tolkiennien de quatre-vingt-dix pages intitulé La Guerre de la Gemme. Je me suis marié avec quelqu'un d'un rang social supérieur au mien et je vis paisiblement avec une épouse plus robuste qu'elle n'en a l'air et trois chats. »

Version anglaise ∇

Lire l'interview sur le site de SFFWorld.com.

Caitlin Sweet

Interview pour SFFWorld, 2006

Q: « Honnêtement, pensez-vous que la fantasy sera un jour considérée comme de la vraie littérature ? A dire vrai, je pense qu’il n’y a jamais eu autant de bons livres/cycles qu’aujourd’hui, et pourtant le genre est aussi peu (voire aucunement) respecté. »

R: « Malheureusement, je ne me fais pas d’illusions. Je pense que nous pourrions assister à l’acceptation d’un plus grand nombre d’auteurs de fantasy, dans une sorte de transversalité des genres élusive, ce qui leur donnerait une plus grande audience. Je m’intéresse toujours à l’endroit où sont rangés certains auteurs dans les librairies : J’ai trouvé Gaiman, Tolkien et quelques autres auteurs soigneusement choisis sous la rubrique ‘Fiction’, très loin de cette section tout au fond de la libraire où les lecteurs de ‘vraie’ fiction ne daigneraient pas mettre les pieds. Mettre Gaiman et Tolkien dans la section ‘Fiction’ est un jugement de valeur, et je ne pense pas que cela risque de changer. Bien que l’on ne sache jamais : peut-être que d’avec le pouvoir d’auteurs comme Gaiman (et Rowling également) dans la culture populaire, la fantasy va commencer à être plus lue et plus respectée. On m’a dit à de très nombreuses reprises, ‘Habituellement, je ne lis pas de la fantasy, mais J’AI ADORÉ vos livres’, ce qui, bien qu’étant une forme de compliment inversé, montre que les gens peuvent prendre quelque chose dont ils ont entendu parler ou au sujet duquel ils ont lu quelque chose, même si ce n’est pas quelque chose qu’ils auraient choisis normalement. Donc, je suppose qu’il est nécessaire de garder les critiques en ligne, de mener les interviews, de maintenir les sites internet et de continuer, pour les fans, à se faire entendre – peut-être que le reste du monde comprendra.»

Version anglaise ∇

Lire l'interview sur le site de SFFWorld.com.

T

Adrien Tomas

Interview pour Psychovision, 2011

Q: « Le roman donne l'impression d'être à mi chemin entre une fantasy classique à la Tolkien et une fantasy plus moderne comme Le Trône de Fer, était-ce un peu son but ? Quelles sont vos autres références en fantasy ? »

R: « J'avoue ne connaître le Le Trône de Fer que de nom, je compte m'y mettre bientôt…Mon but était effectivement d'essayer d'utiliser beaucoup des canons de la Fantasy, les elfes, les nains, les sorcières, etc., et de les détourner pour en faire quelque chose de différent, de surprenant. Je voulais éviter à tout prix le cliché des Elfes beaux et sages ou des loups-garous qui se transforment à la pleine lune. C'est une sorte d'hommage aux classiques (dont Tolkien) avec effectivement une volonté de moderniser un peu l'angle d'approche. Mes références en fantasy sont, outre Tolkien, Orson Scott Card, dont j'apprécie énormément la manière d'écriture fluide et la profonde immersion dans la psychologie de ses personnages ; David Gemmell pour ses scènes d'actions efficaces et ses ambiances épiques ; David Eddings pour ses dialogues percutants, ses personnages efficaces et sa touche d'humour ; Margaret Weis et Tracy Hickman, notamment leur série la Rose du Prophète ; et dans un autre registre, Roald Dahl pour son style simple et ses dons de conteur, qui permettent de s'immerger aisément dans ses histoires. J'ai lu beaucoup d'autres auteurs, évidemment, dont Feist, Hobb et d'autres, mais ce sont ceux-ci qui m'ont le plus inspiré. »

Q: « Beaucoup de romans de fantasy sortent actuellement, comment on se fait remarquer au milieu de cette avalanche ? Qu'est ce qui vous différencie des autres auteurs, à votre avis ? »

R: « Déjà, mon nom se trouve juste après celui de Tolkien dans l'ordre alphabétique : je compte sur ça pour me porter au sommet !!! »

Lire l'interview sur le site de Psychovision.

Rachel Tanner

Interview pour ActuSF

Q: « Comment présenteriez-vous votre livre à quelqu’un qui ne l’aurait pas encore lu ? »

R: « Si mon futur lecteur est amateur de S.F, je peux prononcer le mot uchronie sans qu’il ouvre de grands yeux. Sinon, je me contente d’explications tâtonnantes : histoire, fantasy (' Qu’ésa ko ? ' ' Un peu comme Tolkien, tu vois ? ! Enfin non, pas Tolkien, un genre de.. '). »

Lire l'interview sur le site d'ActuSF.

U

 
tolkien/ils_en_ont_parle/stu.txt · Dernière modification: 23/02/2012 23:24 par Láþspell
Tolkiendil - http://www.tolkiendil.com - Tous droits réservés © 1996-2014
Partager