Chanson du temps et du monde – Bertrand Bellet

L’Un notre Père a fait chanter le monde,
Aux mains des Puissances l’a mis,
Qui d’âge en âge en ordonnent la ronde
Où lève et sèche leur semis.

Ils sont bénis, glorieux, vénérés,
Et reclus au-delà de l’onde –
Hormis l’Obscur, de rage dévoré,
Qu’ils ont déchu hors de ce monde.

Aux Belles Gens, ils ont donné la Lune,
Le Soleil aux Hommes commis.
Des Premiers-Nés est passée la fortune ;
Le monde aux Puînés est promis.

Le monde est beau, je veux en célébrer
Merveilles et choses communes :
Joie de lumière ou secret de l’ombrée,
Le chant premier vit en chacune.

Pourtant mon âme n’y a point demeure
Et n’y restera qu’un moment :
Déjà comptées, dénombrées sont mes heures –
Et du monde pareillement.

L’Un à tout Homme a donné ce destin :
Qu’il naisse et croisse et jouisse et meure.
De même un jour le monde prendra fin :
L’Un achèvera son labeur.

Alors, le long enchaînement des âges
De ce monde pris dans le temps,
Tout rassemblé, roulé comme un cordage,
Verra son accomplissement.

Mais si glorieux en son dessein
Qu’apparaisse alors cet ouvrage,
Il ne saura combler ma faim :
Mon âme espère davantage.

Prince qui viens, que m’accorderas-tu
Quand mon Soleil ne sera plus ?

Voir aussi sur Tolkiendil

 
arts/chansons/bellet_bertrand/chanson_du_temps_et_du_monde.txt · Dernière modification: 22/02/2017 21:24 par Dαεrοη
Partager sur
Nous suivre sur
https://www.facebook.com/Tolkiendil https://www.twitter.com/TolkiendilFR https://plus.google.com/+Tolkiendil http://www.youtube.com/user/AssoTolkiendil
Tolkiendil - http://www.tolkiendil.com - Tous droits réservés © 1996-2017