Les bateliers de l'Anduin – Chiara Cadrich

Adieu onde amie, hâle ce jour sans fin.
Naves aux flancs pesants, glissent sur l’Anduin.

.oOo.

Larmes bleues de géant, torrents jaillis du flanc,
Fille aux tresses givrées patauge au lac glacé,
Eau dardée du silex, forgée sur les hauts blancs,
Ses rires étincellent aux souffles résinés.
Ridelettes rudes, comptines des galets,
Serpentent aux falaises effondrées de l’adret.

refrain

Dessous le bois doré sourd morne mélodie,
Miroitement trompeur envoûte les héros.
L'ode plonge en folie ou rimes alanguies.
Rets de tresses blondes couvrent les ors des eaux.
Hors du temps des mortels vogue elfique rivage,
A jamais envoûté par la fée sans visage.

refrain

Au roc dressé, lovée une vague fébrile,
Le pic érigé germe en écume des jours,
Leurs boucles enlacées en désordre d’idylle,
L’onde moire tremblante ensemence toujours.
Fauve noir secouant sa torpeur hivernale,
L’écueil fertile saille en l’onde vespérale.

refrain

Fade brume d’argent, traîtres sablons gluants,
Nymphe d’air, espoir d’or puise en pure aigue azur
Riche glaise bourbe, nourricier grouillant.
Les ondoyants alvins nichent en la boisure.
De glaise naïade, noble fille aux iris,
Le petit peuple ovule, abrite en sa matrice.

refrain

Crépitent les flammes, Onodrim brûle et pleure,
En douce terre brune enfouit sa douleur.
Pousse d’espoir souillée d’odieux cauchemars,
La rivière charrie semences dégoûtées.
Souvenirs embrasés promènent au hasard
D’amples boucles sombres les troncs gris calcinés.

refrain

Le cours du septentrion baigne l'auguste
Pied d'airain des hauts rois. Son arrêt sans appel,
Assise du pouvoir, face au flot éternel,
Accueille l'allié, l'adversaire admoneste.
Au souvenir des hommes, leur puissance évanouie,
Fleuve rend son salut, tournoie, ondoie et rit.

refrain

Parth Galen engourdie, ondine berceuse,
Le héros avide d’embruns ailés s’élance,
Frissonnantes gouttelettes ravisseuses,
Rauros gronde, rugit, abolit l’indolence.
L’adoré libertin s’échappe au firmament !
Profonde solitude, réveil glace le sang.

refrain

Rude Entalluve glisse en sa couche promise,
Entrelace l’épouse enlisée, belle éprise,
Insinue l’unité au sein nu de l’ondée.
Jaillit l’Anduin, puissant fleuve, en majesté,
Parade Cair Andros, étincellent ses rives,
Baigne l’Anorien soleil à la dérive.

refrain

Rigoles gazouillent en rires de bambins,
Pieds légers aspergent le cèdre près du bain.
Rivière aïeule pioche en son armoire,
Lavande, laurier, souvenirs entêtants.
Fenêtres du couchant, crépuscule beauvoir,
Richesse glorieuse des petits-enfants.

refrain

Lagunes cèlent de Varda les diamants,
Plaintive aile d’argent, svelte coureur d’écume,
Le rêve épuisé s’échoue en amère brume.
Le vieillard attardé sombre en algue aimant,
Scrute par-delà les sillages des étoiles,
Nef glisse livide aux îles boréales

.oOo.

Extrait des contes de l'Oie Saoule

Voir aussi sur Tolkiendil

 
arts/chansons/cadrich_chiara/les_bateliers_de_l_anduin.txt · Dernière modification: 12/12/2016 00:16 par Dαεrοη
Partager sur
Nous suivre sur
https://www.facebook.com/Tolkiendil https://www.twitter.com/TolkiendilFR https://plus.google.com/+Tolkiendil http://www.youtube.com/user/AssoTolkiendil
Tolkiendil - http://www.tolkiendil.com - Tous droits réservés © 1996-2017