Glaurung - Divitiac

Glaurung parlant à Nienor (© John Howe)

Le couchant qui flamboie dans ses claires prunelles,
Délicieux incendie de son âme transie,
Sur les palais ruinés d’elfes évanouis
Promène son reflet écarlate et rebelle.

Le Beleriand entier à son évocation
Se débat, convulsif, contre une peur atroce,
Et jusqu’aux bataillons de gobelins féroces
Craignent ses appétits, ires et déraisons.

À son regard terrible aucun mortel jamais
N’a pu, sans engendrer de grands maux, se soustraire,
Et l’insatiable goût qu’il a pour la misère
Le pousse à rechercher de morbides marais.

Glaurung ! nom rocailleux, et cœur de pierre roide,
Glaurung ! vers malfaisant aux funestes destins,
Parmi les joyaux purs de tes trésors éteints
Combien de nobles vies et de dépouilles froides ?

Nargothrond tout fumant s’endort dans le silence
Absolu de la mort qui couve dans son sein ;
Le flamboiement furieux de ce monstre malsain
S’étouffe dans la nuit complice et sans méfiance.

Voir aussi sur Tolkiendil

 
arts/poemes/divitiac/glaurung.txt · Dernière modification: 29/09/2011 15:48 par Druss
Partager sur
Nous suivre sur
https://www.facebook.com/Tolkiendil https://www.twitter.com/TolkiendilFR https://plus.google.com/+Tolkiendil http://www.youtube.com/user/AssoTolkiendil
Tolkiendil - http://www.tolkiendil.com - Tous droits réservés © 1996-2017