Une représentation de Tolkien redécouverte 70 ans après

Michael Flowers et Eduardo Ferreira, traduit de l'anglais par Vivien Stocker – juillet 2015
Note de lectureNotes de lecture : En tant que présentations ou compilations, ces articles sont les plus accessibles à tous les lecteurs. Aucune connaissance sur J.R.R. Tolkien n'est requise.
Tolkiendil remercie Michael Flowers de la Tolkien Society et Eduardo Ferreira de Tolkien Brasil pour avoir permis la traduction de ce texte.

Professor J.R.R. Tolkien by Fred A. FarrellProfesseur J.R.R. Tolkien par Fred A. Farrell.

Dans The Advocate du 9 août 1934, un portrait en buste d'un universitaire (à droite) fut publié avec le texte d'accompagnement suivant :

« Professeur John Tolkien est Professeur d'anglo-saxon Rawlinson and Bosworth à l'Université d'Oxford depuis 1925. Il a servit dans les Lancashire Fusiliers en 1915-1918. Né d'une famille sud-africaine en 1892, il a étudié à la King Edward VI. School de Birmingham et à l'Exeter College d'Oxford. Il était Professeur de langue anglaise à l'Université de Leeds en 1924-5. »

Cette esquisse semble ne pas avoir été publiée depuis plus de soixante-dix ans, jusqu'à ce qu'elle refasse surface un peu plus tôt cette semaine1). L'usage de John au lieu de Ronald suppose que Tolkien ne fut en fait probablement pas consulté sur le texte.

Ce n'est pas tous les jours que de « nouveaux » dessins de Tolkien sont découverts, en particulier de la période avant la publication du Hobbit en 1937. Cette image de l'auteur datant de 1934 est donc particulièrement intéressante. Que faisait Tolkien en 1934 ? Il avait probablement terminé assez récemment la première version du Hobbit, mais n'avait pas écrit la fin telle qu'on la connait aujourd'hui. C'était un universitaire occupé, donnant conférences et enseignements de façon quotidienne, et travaillant aussi sur plusieurs projets de publications académiques. Les poèmes « Les Aventures de Tom Bombadil2) » et « Looney3) » furent également publiés pour la première fois plus tôt dans l'année4). Il est intéressant de voir que, malgré le fait qu'il n'ait pas encore publié de fiction à ce moment-là, il était déjà considéré avoir une portée internationale suffisante en tant que catholique pour être représenté dans une publication religieuse des Antipodes.

En 1934, The Advocate était un journal hebdomadaire à six penny spécialisé dans la publication d'articles d'actualité pour les catholiques de Melbourne, en Australie. The Advocate paraît toujours aujourd'hui, mais est désormais un magazine mensuel et un site internet. La représentation elle-même a paru dans la rubrique régulière « Une Lettre de Londres », mais le seul indice de son auteur était qu'elle avait été fournie par « Le Correspondant Spécial de The Advocate ». En 1930 et avant, la rubrique était alimentée par un auteur nommé Denis Gwynn.

Le portrait est signé F.A. Farrell et est accompagné du seul mot Oxford. Il est possible que la ressemblance ait été obtenue d'après une photographie. Cependant, Charles Noad, biographe de premier plan et spécialiste de Tolkien, pense que le dessin a plus probablement été fait sur le vif. Il soutient qu'il aurait presque certainement été plus net si il avait été copié depuis une photo. Il faut espérer que de plus amples recherches répondront définitivement à la question.

Seule photo survivante de Fred Farrell (au centre), publiée dans « The Bulletin » de Glasgow, le 1er mai 1920.

Les initiales énigmatiques de F.A. Farrell révèlent un fait intéressant, que l'artiste était Frederick A. Farrell — qui était l'artiste de guerre officiel de Glasgow durant la Première Guerre mondiale. C'est le seul exemple d'une ville parrainant un artiste de guerre ! Et comme sa carrière et son talent considérable ont été grandement négligés, c'est ici une opportunité pour moi d'étoffer un peu sa biographie dans l'espoir que quelqu'un sera capable d'en découvrir plus à son propos.

« Raid de jour du 6ème Gordons à Roclincourt » par Fred A. Farrell

Frederick Arthur Farrell est né le 29 novembre 1882, troisième fils de John Farrell, conservateur de la Chambre des métiers de Glasgow, et de Margaret Farrell — il est donc plus vieux que Tolkien de pile une décennie. Il avait initialement une formation d'ingénieur civil, mais au moment de sa certification le 11 décembre 1915, il prit pour profession « Artiste (Graveur) ». On soupçonne qu'il était artiste autodidacte. Il fut appelé le 13 juin 1916, mais fut réformé le 26 novembre à cause d'une inflammation de l'ulcère gastrique dont il souffrait depuis 1906. Ensuite, le mois suivant, il vint sur le front ouest pour 3 semaines en tant qu'artiste avec les 15, 16 et 17èmes Highland Light Infantry dans les Flandres. Là, il dessina des femmes de Glasgow au travail dans les fabriques de munitions, les chantiers navals et le génie civil. Il retourna en France en novembre 1917 pour deux mois, attaché à la 51èmedivision (Highland). Ce fut cette dernière affectation qui donna lieu à son livre en 1920 : The 51st (Highland) Division War Sketches, Dessins de guerre de la 51èmeDivision (Highland).

« Abri des officiers de renseignement, prisonnier attendant d'être réinterrogé » par Fred A. Farrell

Au lendemain de la guerre, la Glasgow Corporation sélectionna 50 des 99 peintures de Farnell pour une importante exposition dans la salle des banquets des chambres de leur ville. Depuis cette date, les travaux de Farrell ne furent plus vus en public jusqu'à ce que les musées de Glasgow organisent une autre exposition pour commémorer le centenaire du déclenchement de la Première Guerre mondiale en 2014. Cette exposition s'est terminée en novembre dernier. Cependant, un catalogue d'exposition, Fred A. Farrell: Glasgow’s War Artist, Fred A. Farrell : Artiste de guerre de Glasgow fut publié l'année dernière et est toujours édité.

Lt & QM J.Kelly, « Père » de la 17ème Highland Light Infantry par Fred A. Farrell

Couverture du nouvel ouvrage sur Farrell contenant des essais de Joanna Meacock, Fiona Hayes, Alan Greenlees & Mark Roberts

Malheureusement, le récent ouvrage n'inclut pas de postface décrivant brièvement la carrière après-guerre de Farrell. Ce qui suit sont mes tentatives de tirer quelque chose de deux jours passés à des recherches internet, il y aura donc des lacunes qui devront être comblés par une recherche plus pointue. Après la guerre, on sait que Farrell a continué de produire des eaux-fortes de monuments de Londres, de scènes continentales et de topographie écossaise. Ses portraits sont moins répandus, mais quelques-uns de ses œuvres de guerre comprennent des études d'hommes en situation de combat ainsi que d'officiers de commandement au repos.

« Cerclage d'obus chimiques de 6 pouces, Cardonald » par Fred A. Farrell

Au début des années 1930, les « portraits en ligne d'éminents catholiques du Vieux Monde » de Farrell apparaissaient régulièrement dans le magazine The Advocate et dans sa nécrologie de 1935 dans The Advocate il est affirmé que ses travaux apparaissaient fréquemment dans le London's Universe, un autre périodique catholique. La conclusion serait que Farrell était aussi catholique, ce qui semble probable, mais jusqu'à présent, j'ai été incapable de le prouver. Il est possible que ses portraits aient d'abord parus dans un journal anglais, comme l'Universe, avant leur publication en Australie.

Le journaliste catholique W.R. Titterton — « spécialiste en portraits au crayon »

Dr. J.M. Villasante. Maître de conférences en espagnol au University College de Londres

Au moins quatre autre portraits parurent dans The Advocate dans les mois précédents celui de Tolkien : John Francis O'Malley (août 1933), Fr. Francis Woodlock (sept. 1933), W.R. Titterton (fév. 1934) et Dr. J.M. Villasante (juin 1934). Tolkien est le seul de ces figures avec la tête aussi penchée vers le bas. Pour cette raison, le portrait de Tolkien échoue à respirer la confiance en soi et la franchise que montrent les autres. La bouche légèrement plissée et le froncement de sourcils de Tolkien lui donnent un regard pensif. Peut-être que Tolkien était extrêmement occupé quand le portrait fut exécuté et était simplement concentré sur un livre ou bien travaillait sur un passage difficile d'une traduction ? Quelle qu'en soit la raison, il est évident que le ton de ce portrait est très différent des autres. Tolkien diffère aussi du fait qu'il n'y a aucune date associée à la signature de Farrell, alors que tous les autres sont datés. Cette habitude de dater trahit le fait que le portrait de Villasante fut dessiné deux ans avant que l'illustration paraisse en impression. Il est donc possible que le portrait de Tolkien ait été dessiné au moins deux ans avant août 1934.

John O’Malley F.R.C.S., chirurgien au Royal Ear Hospital & University College Hospital de Londres

Rév. Francis Woodlock S.J., prédicateur jésuite bien connu

Jusqu'à présent, j'ai été incapable de localiser une seule nécrologie contemporaine de Farrell dans un journal anglais, y compris dans ceux publiés à Glasgow. Apparemment, une nécrologie fut publiée dans le Glasgow Herald du 23 avril 1935, mais pour l'heure, je n'ai par réussi à en trouver une copie. Cependant The Advocates révèle que Farrell mourut après une courte maladie tandis qu'il parcourait l’Écosse.

L'image et le texte de The Advocate ont été aimablement fournis par Eduardo Ferreira, avocat brésilien et amateur de Tolkien, collectionneur et administrateur du site Tolkien Brasil, et lui furent envoyés par un ami qui connaissait son intérêt pour Tolkien. J'espère que ce dossier stimulera l'intérêt pour Farnell et encouragera quelqu'un à dénicher plus de faits sur cet artiste talentueux, mais injustement négligé.

Sur Tolkiendil

Sur le net

1) Ndt : L'article a été publié pour la première fois le 22 juillet 2015.
2) Ndt : Dans sa toute première version, inédite en français.
3) Ndt : Texte inédit en français.
4) Ndt : Tous deux furent publiés dans The Oxford Magazine, le premier en février 1934, le second en janvier.
 
tolkien/etudes/une_representation_de_tolkien.txt · Dernière modification: 23/07/2015 10:10 par Druss
Partager sur
Nous suivre sur
https://www.facebook.com/Tolkiendil https://www.twitter.com/TolkiendilFR https://plus.google.com/+Tolkiendil http://www.youtube.com/user/AssoTolkiendil
Tolkiendil - http://www.tolkiendil.com - Tous droits réservés © 1996-2017