Le voyage d'Earendil - Haldor

Le Vingilot (© Ted Nasmith)

Debout à la pointe du navire,
Il se tient droit.
Une étoile sur le front,
Et une lumière dans la voix, Vibrante sur le pont,
Et qui s’éteint dans un rire.

Ses trois compagnons,
Marins chevronnés,
Vagabond des mers
Et chanteurs inspirés,
Chantent le languir de cette terre
Devenue inaccessible, dit-on.

Et pourtant ces quatre là,
Toujours vont de l’avant,
Malgré les tempêtes
Et tous les grands vents,
Jamais ne s’arrêtent,
Ni ne se sentent las.

Bien cachées sont les berges
De cette terre enchantée,
Où le vent prend sa source,
Où le soleil naît,
D’où la lune commence sa course
Et où la pluie tombe vierge.

Après des années d’errance
Et de piquantes histoires,
Voilà qu’une belle nuit
Arrive un nuage noir
Et une onde en furie.
Le navire roule et danse !

L’équipage, terrorisé,
Croit voir arriver la fin
Quand tout à coup,
L’immense vague du destin
Se lève d’on ne sait où,
Et emporte le navire brisé.

Lorsqu’il ouvrit les yeux
Earendil tomba des nues
De voir son bateau échoué
Sur un rivage inconnu !
Son cœur fut émerveillé
De découvrir un tel lieu.

Il apercevait dans le lointain
Une lueur d’or sous un ciel bleu
Et un paysage verdoyant
Qui se reflétait dans ses yeux.
Laissant derrière lui les sables blancs
Il marcha jusqu’au matin.

Voir aussi sur Tolkiendil :

 
arts/poemes/haldor/le_voyage_d_earendil.txt · Dernière modification: 12/03/2009 17:57 par manthanomenos
Partager sur
Nous suivre sur
https://www.facebook.com/Tolkiendil https://www.twitter.com/TolkiendilFR https://plus.google.com/+Tolkiendil http://www.youtube.com/user/AssoTolkiendil
Tolkiendil - http://www.tolkiendil.com - Tous droits réservés © 1996-2017