Page du Livre de Mazarbul - Elisa Bes

« Nous ne pouvons sortir. Nous ne pouvons sortir. Ils ont pris le Pont et la deuxième salle. Frár, Lòni et Nâli sont tombés là. Puis quatre lignes sont tellement salies que je peux seulement lire : partis il y a cinq jours. Les dernières lignes sont les suivantes : L'étang monte jusqu'au mur à la Porte de l'Ouest. Le Guetteur de l'Eau a pris Óin. Nous ne pouvons sortir. La fin vient, puis : des tambours, des tambours dans les profondeurs. je me demande ce que cela signifie. La dernière chose écrite est un griffonnage traînant de lettres elfiques : ils arrivent. Il n'y a plus rien. » Le Seigneur des Anneaux - Livre II - chapitre 5

 Page du Livre de Mazarbul - Elisa Bes

Mot de l'auteur

Cette page du livre de Mazarbul est celle que Gandalf décrypte dans la Moria… On peut le remarquer à la dernière ligne de texte écrite à la hâte « ils arrivent ». Au Troisième Age, seuls les sages se rappellent que ce ne sont pas les Nains qui ont inventé les runes. C’est au Second Age, pendant la prospérité de l’Eregion que les Nains apprirent l’écriture, et ils adoptèrent naturellement les Cirth, très commodes à graver dans la pierre, lors même que cet alphabet n’était plus guère utilisé par les elfes d’Eregion que pour les écrits officiels. Ils adaptèrent le système à leur propre langue, et depuis, les runes sont appelées « lettres des Nains » (HoME XII).

L’intérêt de cet écrit n’est pas la calligraphie, au contraire, j’ai utilisé une plume tout à fait quelconque et la première encre noire qui me passait sous la main. Toute la difficulté était dans la préparation du papier, qu’il fallait habilement mutiler tout en gardant la forme que Tolkien avait prévu. Cela n’a pas été tout à fait possible, à cause d’une flammèche difficile à éteindre. J’ai préparé les trous avant d’écrire, ce qui n’est pas très conforme au processus de détérioration naturel d’un livre laissé ouvert pendant une bataille, mais ce qui permet de gérer l’espace sans brûler une copie qui demande tout de même un peu d’application. J’ai noirci la feuille au charbon de bois, je ne suis pas allée jusqu’à la tâcher de mon propre sang mais le cœur y était. Le plus difficile a été d’imiter le texte effacé : pas question de mouiller la feuille, donc il a fallu utiliser une plume presque à sec, ou tournée à l’envers. Bien que je sois très contente du résultat, le texte n’est pas fidèle à l’original. J’ai fait la copie d’une image de très mauvaise qualité où je n’arrivais pas moi-même à déchiffrer tous les mots. J’imagine que cela accentue le côté mystérieux de la chose. Mais une erreur majeure s’est glissée dans le texte…

Voir aussi sur Tolkiendil

 
divertissements/creations/bes_elisa/page_du_livre_de_mazarbul.txt · Dernière modification: 17/10/2017 21:56 par Zelphalya
Partager sur
Nous suivre sur
https://www.facebook.com/Tolkiendil https://www.twitter.com/TolkiendilFR https://plus.google.com/+Tolkiendil http://www.youtube.com/user/AssoTolkiendil
Tolkiendil - http://www.tolkiendil.com - Tous droits réservés © 1996-2017