La Feuille de la Compagnie n°2 : Tolkien, les racines du légendaire

9782884820271.jpgLa Feuille de
la Compagnie n°2

Titre original La Feuille de la Compagnie n°2 : Tolkien, les racines du légendaire
Rédaction La Compagnie de la Comté
Publication 2003
Éditeur Ad Solem

Quatrième de couverture

Prendre Tolkien au sérieux : tel est le projet de La Compagnie de la Comté, association fondée il y a sept ans. La Terre du Milieu mise en scène par Tolkien en trois Âges est-elle le pur fruit de l'imagination ou en âge de raison ? Quelle rationalité pour la féerie ? Une mythologie ne peut-elle être que prolégomènes à un discours rationnel ou peut-on conserver le mythos auprès du logos après la fin des mythologies antiques ? Quelles racines innervent l'arbre féerique ?

Pour créer la Terre du Milieu, Tolkien a puisé à deux sources : la matière du Nord (la culture scandinave qu'il enseignait à Oxford) et sa foi (catholique). Ses emprunts à la tradition patristique sont identifiables. L'étude de deux questions le prouve exemplairement. Comment nommer Dieu ? Les anges ont-ils un corps ? En outre, la féerie, telle que la pense Tolkien, n'est en rien assimilable au New Age - gnose moderne que, tels les Pères de l'Église hier, Tolkien nous permet de repousser aujourd'hui. Car si Le Seigneur des Anneaux est lui aussi un surgeon, ce nouvel arbre est enraciné, avec discernement, dans la tradition. Plus, cette féerie se pense elle-même comme tradition. Tolkien, dans la lettre à M. Waldman que nous publions, retrace la genèse complète de sa mythologie. Il apparaît comme le dernier scribe d'une tradition remontant à Eriol, voyageur anglo-saxon en contact avec les Elfes. Mais la féerie peut aussi se laisser penser non seulement comme discours sur le pays des Elfes, mais surtout par ses événements (la rencontre des créatures en ces lieux). C'est ce que suggère admirablement cet ami français de Tolkien qu'était le R. P. Louis Bouyer. Prendre au sérieux la féerie impose donc de rentrer dans son histoire propre, l'allégorie étant une facilité à laquelle il faut renoncer.

L'on peut alors soutenir quelques thèses internes au légendaire. Ainsi découvrira-t-on pourquoi l'anneau n'est pas qu'instrument de pouvoir, pourquoi Sauron n'est pas qu'un nouveau Melkor, pourquoi Sauron encore n'est pas qu'un œil. Enfin, l'on verra pourquoi Númenor est un centre celtique — par où l'on rejoint l'autre source d'inspiration de Tolkien.

← Volume 1Volume 2Volume 3 →

Sommaire

Éditorial

Inédit :

  • J. R. R. Tolkien, Lettre à M. Waldman (1951 ?), traduction complète de M. Devaux, édition bilingue du résumé du Seigneur des Anneaux

Dossiers :

  • Louis Bouyer & J. R. R. Tolkien : une amitié d'écrivains, par Michaël Devaux
  • Númenor, centre celtique, par Michaël Devaux
  • Eriol ou Ælfwine le marin, par Philippe Garnier
  • Tableaux de correspondance entre Le Seigneur des Anneaux et The History of The Lord of the Rings, par Michaël Devaux

Articles :

  • Michaël Devaux, Les anges de l'Ombre chez Tolkien : chair, corps et corruption
  • Irène Fernandez, La vérité du mythe chez Tolkien: imagination et gnose
  • Verlyn Flieger, Nommer l'ineffable: l'« Un » néo-platonicien dans Le Silmarillion de Tolkien, trad. fr. de D. Ledanois
  • Philippe Garnier, Les traditions textuelles des Jours anciens
  • Sébastien Mallet, L'anneau de Barahir

Comptes rendus :

  • Tour d'horizon bibliographique, par M. Devaux
  • J. R. R. Tolkien, The History of the Lord of the Rings, par D. A. Anderson, trad. fr. de Ph. Garnier
  • J. R. R. Tolkien, Letters from Father Christmas, revised edition, par C. Fockeu
  • J. R. R. Tolkien, Contes et légendes inachevés, par C. Fockeu
  • R. Beare, Tolkien & the Silmarillion, par M. Devaux
  • C. Duriez, Tolkien and The Lord of the Rings, par M. Devaux
  • P. Jackson, La Communauté de l'Anneau, le film, par G. Semprini

L'avis des lecteurs

Vivien Stocker (Août 2009)

« Prendre Tolkien au sérieux : tel est le projet de la Compagnie de la Comté. »

Pari magistralement réussi avec ce deuxième volume de sa Feuille. Aux trois sections précédemment existantes, vient se greffer une section intitulée « Inédit ». Pour un lecteur de 2009, l'inédit présenté n'en est plus un, ou tout au moins pas entièrement. En effet, Michaël Devaux nous présent une traduction de la lettre de Tolkien à Milton Waldman (1951?), lettre qui a depuis été traduite et éditée par l'équipe de Vincent Ferré, aux éditions Bourgois (2006), et qui présente un résumé du Légendaire. Mais là où la Feuille nous intéresse, c'est par la présence d'une partie concernant le Seigneur de Anneaux, partie omise dans toutes les versions éditées des Lettres, quelles soient anglaises ou françaises. C'est là le véritable inédit de la Feuille.

Dans la section Dossiers, Michaël Devaux ouvre le bal en nous présentant une des figures françaises qui a côtoyé Tolkien: Le Révérend Père Louis Bouyer. Ce personnage est l'un de ceux qui ont ouvert la voie des études sur Tolkien, en France, et un français ami de Tolkien. Dès lors, à la lecture de ce dossier, on peut se demander dans quelle mesure la francophobie de Tolkien est justifiée. Le deuxième dossier, de Devaux également, met en avant la caractère de centre celtique de Númenor (tant décrié par certains critiques), et ce, au travers de son double Numinor, chez C. S. Lewis.

Philippe Garnier nous entraine ensuite dans les pas d'Ælfwine le Marin, chroniqueur de talent du Silmarillion. Nous est présentée son histoire, selon les différentes versions qu'écrivit Tolkien, ainsi qu'une liste des écrits ayant été compilés et traduits par celui-ci. Un complément essentiel à l'essai de Mans Bjorkman sur les « Chroniqueurs d'Arda ». Pour terminer cette section, Michaël Devaux nous invite à découvrir des tableaux de correspondance entre les chapitres du SdA et ceux de l'Histoire du SdA (HoMe VI - IX et XII). On regrettera la manière dont ont été agencés ces tableaux car ils offrent peu de lisibilité et ce, malgré les explications préalables de M. Devaux. Toutefois, ils sont complets, allant même jusqu'à prendre en compte les esquisses et notes non développées ainsi que l'Épilogue non publié.

M. Devaux entame la section Articles par un essai sur les anges de l'Ombre chez Tolkien ou comment l'incarnation agit sur Sauron et Melkor. Après une étude complète sur les « bons » Valar et Maiar et leur relation au corps, Devaux s'attache à montrer comment, chez Sauron et Melkor, celle-ci tient à la corruption qu'ils engendrent. Irène Fernandez évoque ensuite la spiritualité chez Tolkien, au travers du concept de New Age. Suit une traduction d'un article de Verlyn Flieger à propos de la manière de nommer l'ineffable en relation avec Eru et la « religion » dans Le Silmarillion.

Les deux derniers articles sont, à mes yeux, les plus intéressants de la section. On retrouve d'abord la plume de Philippe Garnier dans un essai sur les voies de transmission des mythes dans le Légendaire. D'Ælfwine jusqu'à Tolkien, en passant par le Livre Rouge des hobbits ou les rêves númenoréens, P. Garnier nous invite à découvrir comment Tolkien envisageait que les textes lui aient été transmis. Enfin, Sébastien Mallet présente l'histoire de l'Anneau de Barahir, et met en lumière la façon dont celui-ci représente l'alliance entre les peuples faces à des artefacts diviseurs tels que l'Anneau Unique ou le Nauglamír.

La dernière section présente quelques comptes-rendus. On notera notamment la critique de Douglas A. Anderson, traduite par P. Garnier, de l'Histoire du Seigneur des Anneaux (HoMe VI-IX) ; ainsi que celle du Guido Semprini qui propose une critique du film La Communauté de l'Anneau avec quelques livres sur celui-ci, compte-rendu qui complète bien celui de Tom Shippey dans The Road to Middle-earth.

Au final, cet ouvrage présente un intérêt certain pour tout tolkiendil qu'il soit averti ou non, tant les dossiers et articles sont accessibles et remarquablement sourcés. On regrettera seulement l'absence d'un index qui pourrait faciliter les recherches dans l'ouvrage, mais cette critique ne saurait remettre en question la qualité de l'ouvrage, surtout au vue du nombre limité de publications francophones sur Tolkien.

Donnez votre avis !

Nom, Prénom, ou Pseudonyme :
Adresse e-mail :
Votre avis :

Retapez le mot « Ainur » en MAJUSCULES (vérification contre les robots de spam) :

Édition

 La Feuille de la Compagnie n°2 : Tolkien, les racines du légendaire La Feuille de la Compagnie n°2 : Tolkien, les racines du légendaire
Auteur(s)Michaël Devaux (sous la direction de)
EditeurAd Solem
Languefrançais
Date2003 juillet
Pages412
ISBN-102884820272
ISBN-139782884820271
Prix indicatif32.00 €
Sites

Voir aussi

Sur Tolkiendil

Sur le net

 
tolkien/sur-tolkien/la_feuille_de_la_compagnie_2.txt · Dernière modification: 11/03/2017 23:43 par Zelphalya
Partager sur
Nous suivre sur
https://www.facebook.com/Tolkiendil https://www.twitter.com/TolkiendilFR https://plus.google.com/+Tolkiendil http://www.youtube.com/user/AssoTolkiendil
Tolkiendil - http://www.tolkiendil.com - Tous droits réservés © 1996-2017