Armoiries et blasons en Terre du Milieu

Måns Björkman - décembre 2000, traduit de l'anglais par Odilon Dubost et Julien Mansencal
Articles de synthèseArticles de synthèse : Ces articles permettent d'avoir une vue d'ensemble du thème traité mais ils nécessitent une bonne connaissance des principales œuvres de J.R.R Tolkien.
Retrouvez un commentaire sur cet essai à cette page : Commentaire.
Tout au long de l'essai, vous trouverez des dagues (†) qui indiquent les points commentés. Il vous suffit de cliquer sur ces dagues pour tomber directement sur le commentaire associé.

n sait qu'en Terre du Milieu, les Elfes, les Hommes, les Nains et même les Maiar ont utilisé des emblèmes, des armoiries et des signes héraldiques variés. Ceux-ci étaient utilisés pour différencier les royaumes, les groupes ou les individus, de la même façon qu'ils l'étaient dans l'Europe médiévale. Dans cet essai, je parlerai et donnerai des exemples des emblèmes connus en Arda. Les illustrations accompagnant le texte sont basées sur des écrits conservés et/ou publiés, ou bien reconstruits à partir de descriptions écrites.

Les Eldar

Principes de l'héraldique et leur application

Les Elfes ont formulé des règles ou des principes pour la forme de leurs blasons. Ces règles peuvent être résumées ainsi :

  • Les blasons des hommes avaient la forme d'un losange.
  • Les blasons des femmes avaient la forme d'un cercle.
  • Les blasons des familles, maisons ou pays avaient la forme d'un carré.
  • Le rang du possesseur du blason est indiqué par le nombre de « pointes » touchant les bords du blason. Ainsi, quatre pointes allant vers le bord du blason représentaient un prince, et de six à huit, un roi. Les plus anciens des rois des Elfes, comme Finwë, pouvaient parfois avoir jusqu'à 16 pointes. [1]

Origines et histoire

es Noldor et les Sindar suivaient généralement les règles héraldiques, ce qui peut signifier qu'elles existaient déjà à Cuiviénen ; mais il est tentant de dire qu'en ce temps-là, les Elfes n'étaient pas assez « sophistiqués » culturellement pour avoir de telles idées. Les règles peuvent aussi avoir évolué pendant le temps, et être rapportées par la tradition orale, avant d'avoir été mises sous forme écrite. Si les règles furent inventées par les Noldor, ce qui semble vraisemblable, il est étrange que l'héraldique sindarine suive ces mêmes règles, connaissant la politique anti-Noldor de Thingol. Une chose qui laisse supposer que les Noldor sont à l'origine de ces règles est que les familles royales des Noldor semblent avoir été dotées d'un statut plus élevé dans leurs emblèmes, comme décrit dans les règles ci-dessus.

n peut toutefois considérer la possibilité que les Sindar aient inventé ces règles : les Noldor ont adopté le langage des Sindar lorsqu'ils arrivèrent au Beleriand, alors pourquoi n'auraient-ils pas adopté leur héraldique ? On connaît des blasons associés à des Noldor qui n'ont jamais pu connaître les Sindar, mais on pourrait expliquer cela en disant que leurs blasons furent créés ultérieurement (comme celui de Finwë).

uelle était le but premier de l'héraldique elfique ? Dans l'Europe médiévale, l'héraldique était toujours liée à la guerre : les chevaliers devaient être facilement reconnaissables sur le champ de bataille, même en armure. Les emblèmes héraldiques avaient ainsi besoin d'être identifiables de loin, nécessitant par là des symboles stylisés et une utilisation des couleurs soumise à des règles strictes. Ces exigences n'étaient pas du tout celles de l'héraldique elfique, ce qui veut dire que les emblèmes n'étaient pas utilisés en premier lieu pour la guerre, ou alors que les Elfes avaient de très bons yeux (ce qui est de notoriété publique).

nsuite, toujours dans l'Europe médiévale, la forme des blasons était généralement celle des boucliers sur lesquels ils étaient dessinés. Cela signifierait-il que les Elfes disposaient de boucliers ronds ou en losange ? Les boucliers ronds étaient très répandus dans les premières civilisations du monde, alors que les boucliers en losange restent très rares. En outre, la forme d'un losange est très peu pratique pour se défendre.

a conclusion inévitable est que l'héraldique elfique n'était pas à l'origine faite pour l'identification sur le champ de bataille (même si elle peut avoir acquis une telle utilité plus tard). Sa fonction première était de représenter les rois et reines des Eldalië, et de les identifier par leurs actes et les arts. Il semble en effet que certains de ces emblèmes aient été imaginés à titre posthume .

Exemples d'héraldique eldarine

n grand nombre des blasons elfiques ont été préservés jusqu'à ce jour. Les exemples ci-dessous sont tous basés sur les illustrations préservées et publiées .

FinwëFinwë : Le blason de Finwë représente un « soleil ailé », qui s'oppose à celui d'Elwë, qui représente une lune ailée. Pourtant Finwë est mort bien avant que le Soleil ne se lève pour la première fois1) ; mais il était le Roi des Noldor qui ont atteint les terres d'Aman et vu les Deux Arbres. Seize « points » sont en contact avec le bord de l'emblème, indiquant la position de Finwë, qui était l'un des Quendi les plus âgés et le Grand roi des Noldor. Ses couleurs (rouge et jaune clair) se retrouvent dans les emblèmes de ses héritiers Fëanor, Fingolfin et Finarfin. [2]
Maison de FinwëIl existait également un blason pour la Maison de Finwë, identique au précédent mais auquel on a fait subir une rotation de 45 degrés pour en faire un carré. Il était l'emblème des Grands rois des Noldor et il fut transmis de Finwë à son fils Fingolfin, puis à Fingon et à Turgon. [1]
ElwëElwë : Le blason d'Elwë Sindicollo, plus connu sous le nom d'Elu Thingol, représente une « lune ailée » sur fond noir étoilé : l'exact contraire de celui de Finwë. La raison étant probablement que tous deux ont commencé le Grand Voyage, mais qu'Elwë fut séduit par Melian et ne quitta jamais la Terre du Milieu, qui n'était encore éclairée que par les étoiles d'Elbereth. Par contre, Finwë se rendit en Aman et s'établit sous la lumière des Arbres. D'après le nombre de rayons dans l'emblème d'Elwë (huit), son rang n'est égal qu'à la moitié de celui de Finwë. [1]
MelianMelian : Le blason de la Maia de Doriath est complexe, contrairement à tous les autres (masculins ou féminins). On y trouve des formes rappelant des étoiles ou des fleurs, reflétant à la fois les blasons d'Elwë (son mari) et de Lúthien (sa fille). Il rappelle aussi (ou même est) son sceau, qui était une « fleur de Telperion ». À l'intérieur du cercle qui la définit comme femme, on remarque un losange, qui est généralement l'écu d'un homme. Cela symbolise peut-être sa capacité, en tant que Maia, de choisir ses « vêtements » corporels et son sexe. [1]
FëanorFëanor : Le blason de Fëanor reprend les couleurs flamboyantes de celui de son père. Il fait allusion au feu, avec des flammes ondulant du centre vers les bords. Ces flammes peuvent être associées au nom même de Fëanor, qui signifie « Esprit de Feu » (mais ces flammes se retrouvent aussi dans le blason de Fingolfin, où une telle association n'a pas lieu d'être). Un Silmaril, la plus grande création de Fëanor, est représenté au centre. Ce Silmaril est encerclé de plusieurs couleurs, qui représentent peut-être l'art de créer des cristaux, inventé par Fëanor. [2]
Étoile de FëanorL'étoile de Fëanor, visible sur la porte ouest de la Moria, était apparemment l'emblème de tous les Noldor de sa suite. Elle était de couleur argent, avait huit rayons et huit « pointes » disposées un peu comme sur le blason de Fëanor. Celui-ci se base donc sur cette dernière, ou vice-versa. [4]
FingolfinFingolfin : Le blason de Fingolfin est clairement lié à celui de son frère Fëanor, à l'exception naturelle du Silmaril de Fëanor. Les étoiles d'argent sur un fond bleu sont probablement à l'origine de la bannière bleue et argent de Fingolfin mentionnée dans Le Silmarillion. Huit rayons touchent les bords, comme c'est le cas dans les emblèmes des autres fils de Finwë. [1]
FinarfinFinarfin : Même s'il partage l'apparence fière des emblèmes de ses frères et de son père, les flammes visibles dans le blason de Finarfin sont plus calmes, ce qui donne une impression d'équilibre2). Clairement distinct des emblèmes de ses frères, cela s'explique peut-être par le fait que, lors de la rébellion des Noldor, il resta en Aman, alors que ses frères partirent pour la Terre du Milieu. Ce blason était aussi utilisé par les héritiers de Finarfin, plus particulièrement par Finrod (bien qu'il reçût un autre emblème). [1]
FinrodFinrod : Le blason de Finrod Felagund est totalement différent des autres blasons elfiques : aucune symétrie, et les couleurs rappellent celle de la Terre. La harpe et la torche font référence à la légende de Finrod marchant dans les bois de l'est du Beleriand, et son apparition parmi les Hommes, jouant de la harpe. Les Hommes rencontrés par Finrod appartenaient au peuple de Bëor, et il est possible que cet emblème ait été imaginé par l'un d'entre eux [2]. Finrod utilisait aussi un emblème représentant une couronne de fleurs dorées. Le motif de cet emblème est sans doute rattaché directement ou indirectement au blason de Finarfin.
Lúthien
Lúthien
Lúthien : Lúthien Tinúviel est la seule personne connue ayant deux emblèmes héraldiques différents : les deux sont basés sur un motif à fleurs. Le premier représente le niphredil blanc qui poussa à sa naissance (décrit comme semblable à un flocon de neige). Le second représente sans doute une elanor en son centre. Les étoiles dans ce dernier emblème font écho à celles présentes dans l'emblème de son père Thingol. Au premier coup d'œil, il est difficile de dire si des points sont en contact avec les bords, mais il semble qu'il n'y en ait pas plus de quatre dans chacun des emblèmes. Dans le premier, ils pointent vers le nord-est, le nord-ouest, le sud-est et le sud-ouest. Dans le second, la seule chose semblable à des points sont les fleurs blanches qui symbolisent chacune un point. Cela correspondrait au statut de Lúthien : princesse de Doriath. [1]
IdrilIdril : Le blason d'Idril Celebrindal a pour motif un bleuet. Idril était apparemment associée à cette fleur, peut-être à travers le blé doré qui ferait référence à ses cheveux blonds. On trouve une inscription en même temps que l'emblème : Menelluin Írildë Ondolindello (« Bleuet d'Idril de Gondolin » ; Írildë étant la version quenya du nom d'Idril). Il est possible que Menelluin (littéralement bleu ciel) ait été le nom de cet emblème. Sur le blason, douze points sont en contact avec les bords du cercle, ce qui correspond à son statut de fille d'un grand Roi. [1]

Le blason d'Idril a été conservé et amené de Gondolin à Númenor, où il a été la source d'inspiration de beaucoup de blasons númenóréens. Ce blason a été ensuite apporté au Gondor par Elendil. Même si Gondolin est connue pour avoir ses propres coutumes héraldiques, elles ne s'appliquent pas à ce blason-là, ce qui pourrait indiquer que ces habitudes sont réservées pour les Douze Maisons de la cité.
Gil-galadGil-galad : Son nom signifie « Étoile éclatante », et rappelle aussi un passage de La chute de Gil-galad : « Les étoiles innombrables des champs du ciel […] se reflétaient dans son écu d'argent » [5], il est donc naturel que le blason de Gil-galad présente un ciel couvert d'étoiles. Il est difficile de dire combien de points se retrouvent aux bords du losange, mais son rang en implique au moins quatre. [1]
Les SilmarilsLes Silmarils : Il s'agit du seul blason qui désigne des objets plutôt qu'une personne. On ne sait pas pourquoi les Silmarils ont leur propre blason. Il était peut-être utilisé comme bannière par les Noldor lors des guerres contre Morgoth pour rappeler leur objectif. L'arbre du fond du blason est peut-être Laurelin, l'Arbre d'Or, d'où les Silmarils tirèrent leur lumière3). [2] Les Silmarils sont aussi utilisés comme emblèmes dans les blasons de Fëanor, Eärendil et Beren.

Les Douze Maisons de Gondolin

es suivants de Turgon avaient développé des habitudes héraldiques uniques en Terre du Milieu, et ce dès l'époque de leur ancien royaume de Nevrast. Ces habitudes se rapprochent de celles du Moyen Âge. Leur blasonnement était constitué par des symboles sur un fond uni et peints sur des boucliers qui étaient « longs et fuselés ». Cette héraldique n'était apparemment pas utilisée à Gondolin pour les blasons personnels, mais était - peut-être exclusivement - appliquée aux blasons des « Douze Maisons ». Ces Maisons étaient des groupes de nobles, des compagnies ou des guildes qui étaient responsables de la défense de la cité.

a description détaillée de cette héraldique nous provient d'une source qui est généralement considérée comme peu digne de confiance [10] ; mais le dessin d'un des blasons a été confirmé par un texte beaucoup plus crédible [11], et mis à part certaines contradictions, je ne vois pas pourquoi les autres blasons auraient été mal décrits. Les armoiries ci-dessous ont toutes été reconstruites à partir de ces descriptions, et ne peuvent donc pas être considérées comme authentiques .

Maison du RoiLa Maison du Roi : Turgon et sa suite avaient pour emblème « la lune, le soleil et le cœur vermeil », et ses couleurs étaient le blanc, l'or et le rouge, chacune de ces couleurs correspondant à un des signes. J'ai donc ici regroupé les trois symboles en un seul blason, même s'il est possible que la Maison ait eu trois blasons différents. Le cœur représente celui de Fingolfin, le père de Turgon, qui a été enterré au nord de la cité. Je pense que le Soleil correspond au Soleil représenté dans l'emblème de la maison de Finwë (Turgon étant le petit-fils de Finwë) ; c'est pourquoi le Soleil dispose du même nombre de rayons.
Maison de l'Aile BlancheLa Maison de l'Aile Blanche : Les plus vaillants des hommes du Roi avaient des ailes de cygne ou de goéland sur leurs casques, et l'emblème sur leur bouclier était une aile de cygne sur fond bleu. Tels étaient le bouclier et le casque que Tuor trouva à Nevrast, ce qui le destina à rejoindre et diriger cette Maison. [11]
Maison de la TaupeLa Maison de la Taupe : Maeglin, qui dirigeait cette Maison, était un mineur de génie, et il s'associait lui-même à la taupe. Les boucliers de cette maison étaient de couleur sable sans emblème, tout comme l'écu de Morgoth. Finalement, ce fut Maeglin qui vendit Gondolin à Morgoth.
Maison de l'HirondelleLa Maison de l'Hirondelle : Cette Maison regroupait des archers exceptionnels, habillés de blanc, bleu foncé, pourpre et noir. Leur chef était Duilin, et leur bouclier était simplement orné d'une pointe de flèche. Les hirondelles rappellent la forme d'une flèche, volant rapidement dans les airs, et atteignant toujours leur cible.
Maison de l'Arche CélesteLa Maison de l'Arche Céleste : Les membres de la Maison d'Egalmoth étaient tous très riches et aimaient les bijoux et l'or. Une grande opale était incrustée sur leurs casques, et leurs boucliers étaient bleu ciel. Au centre de ce bouclier se trouvait un « joyau constitué de sept pierres » : rubis, améthyste, saphir, émeraude, chrysoprase, topaze et ambre. L'arrangement de ces pierres est de mon propre fait ; « l'Arche du Ciel » était sans doute censée représenter un arc-en-ciel, et j'ai donc supposé que la topaze était jaune, pour pouvoir ainsi compléter les couleurs de l'arc-en-ciel, qui étaient suggérées par l'ordre des pierres.
Maison de la Fleur d'OrLa Maison de la Fleur d'Or : Glorfindel dirigeait cette maison, et son emblème était un soleil rayonnant. J'ai choisi le vert pour couleur du fond à cause du nom de la Maison, et de la description des habits de Glorfindel, qui rappelaient « un champ au printemps ».
Maison de la HarpeLa Maison de la Harpe : Les membres de cette Maison portaient des pompons d'argent et d'or, et sur leurs boucliers se trouvait une harpe argentée sur un fond sable. Salgant, le chef de cette maison, flattait Maeglin, et son écu se distinguait par le fait que la harpe y était dorée. On notera que le blason de cette maison partage le noir de la Maison de la Taupe, peut-être du fait de l'influence directe de Maeglin sur Salgant.
Maison du Marteau de ColèreLa Maison du Marteau de Colère : Il s'agit d'un groupe de forgerons et d'artisans. Cette forte et courageuse maison était dirigée par Rog ; elle se battait avec des masses, et avait de lourds boucliers. Leur emblème était l'enclume frappée, mais leurs boucliers montraient « un marteau lançant des étincelles ». Aucune indication n'est donnée pour la coloration de cet emblème, mais il peut y avoir un indice dans le fait que « le fer rouge, noir ou doré était leur plaisir ».

Les blasons des autres maisons ne sont pas décrits. Ce que nous savons :

  • La Maison du Pilier et la Maison de la Tour de la Neige étaient toutes deux dirigées par Penlod. Aucune indication n'est donnée concernant leurs attributs.
  • La Maison de l'Arbre était dirigée par Galdor, et ses membres étaient habillés de vert.
  • La Maison de la Fontaine était conduite par Ecthelion, celui-là même qui tua Gothmog, le Seigneur des Balrogs. Les membres de cette Maison aimaient l'argent et les diamants, dont la brillance et la couleur influencèrent sans doute leur blason.

Les Hildor

Les Edain du Premier Âge

Lorsque les Edain atteignirent le Beleriand, il semble qu'ils adoptèrent les règles (et peut-être le concept même) de l'héraldique quasiment immédiatement. L'un des précurseurs fut sans doute Bëor, dont l'amitié avec Finrod lui conféra le plus ancien des blasons des Hommes. Les premiers de ceux-ci utilisaient plutôt des couleurs chaudes ou qui rappelaient la Terre, et les blasons n'étaient symétriques que par un axe vertical, ce qui les distinguaient des blasons complètement symétriques des Elfes. Il semble aussi que la symbolique des points en contact avec les bords ait été ignorée, avec une exception toutefois : Eärendil. Les illustrations ci-dessous sont basées sur des blasons qui ont été préservés et retrouvés.

BëorBëor : Le blason de Bëor fut sans doute le premier à être créé pour un Homme selon les règles elfiques de l'héraldique ; et il s'agit de celui qui ressemble le plus à un blason elfique (hormis celui d'Eärendil le Semi-Elfe). L'emblème de Bëor est entièrement symétrique et sa forme est celle des blasons eldarins pour les hommes ; mais il lui manque toutefois la splendeur des blasons elfiques, et il a l'air plus relié à la terre avec ses couleurs chaudes et naturelles. [2]
HadorHador : Les origines de la construction du blason de Hador ne sont pas connues. Hador était un grand ami de Fingolfin, et on peut peut-être discerner les couleurs « fières » des héritiers de Finwë dans ce blason. La symétrie est uniquement verticale, car les dessins en fer de lance ne sont pas identiques en haut et en bas (celui du bas étant plus pointu). [2]
BerenBeren : Au centre du blason de Beren Erchamion se trouve le Silmaril que Beren et Lúthien prirent à Morgoth. Au-dessus apparaît la silhouette du Thangorodrim, les trois sommets d'Angband, où étaient cachés ces mêmes Silmarils. En dessous du Silmaril est représentée une main rouge, qui semble vouloir attraper la pierre. Cela peut aussi symboliser la main de Beren mangée par Carcharoth. La signification de l'étoile en haut de ce blason est incertaine, à moins qu'il ne s'agisse d'une allusion prémonitoire à l'étoile d'Eärendil et au destin du Silmaril. Le blason présente la symétrie verticale, habituelle chez les Hommes. Cette symétrie n'est brisée que par la main, naturellement asymétrique. [2]
EärendilEärendil : Le blason d'Eärendil est centré sur le Silmaril dessiné en son cœur, d'où jaillissent six rayons de lumière vers les bords du blason. Dans les coins, on aperçoit les différentes phases de la lune. La présence de cette Lune évoque peut-être le destin d'Eärendil, qui devint une étoile, mais c'est aussi la seule chose qui empêche ce blason d'être entièrement symétrique . Cela le distingue peut-être en tant que Semi-Elfe. Les six rayons du Silmaril sont accompagnés de six autres, qui pointent dans des directions opposées. Cela donne au total même douze points, ce qui le relie clairement au blason d'Idril (celle-ci étant la mère d'Eärendil). Cette liaison entre les deux blasons est renforcée par le même fond bleu. [1]
Maison de HalethLa Maison de Haleth : Le blason de Haleth montre un arbre d'une espèce inconnue, une paire de fleurs blanches, et un certain nombre de points oranges, qui peuvent représenter des feuilles ou des noix. L'arbre semble s'entrelacer avec un ruban. Les Haladin aimaient généralement les forêts et la solitude, ce qui peut se retrouver dans ce blason. On remarque que ce blason n'observe pas les règles de l'héraldique elfique, car il a la forme d'un losange et est pourtant un emblème impersonnel. [2]

Le Troisième Âge : L'Arnor et le Gondor

Au Troisième Âge, alors que la civilisation des Dúnedain avaient avancé technologiquement aussi bien qu'en sophistication4), leur héraldique se démarqua des coutumes eldarines, devenant plus stylisée et élégante. Ils utilisaient le plus souvent une seule couleur (le plus souvent blanc/argent) sur un fond uniforme, comme les coutumes héraldiques du Moyen Âge. Cette tendance est peut-être inspirée de l'héraldique des Douze Maisons de Gondolin, d'où sont originaires deux des ancêtres des Dúnedain5). Aucun exemple de ces emblèmes n'a subsisté dans sa forme originelle, mais il existe des descriptions orales très concrètes, et plusieurs indications picturales pour leurs dessins. Ce sont ces indications qui ont été ici utilisées.

Emblème d'Elendil
Emblème des rois du Gondor
L'emblème d'Elendil et de ses héritiers consistait en sept étoiles à cinq branches, chacune de ces étoiles représentant un des palantíri qu'Elendil rapporta de Númenor . Au Gondor, elles étaient disposées sur un fond sable, en arc de cercle au dessus de l'Arbre Blanc, qui représente l'un des descendants de Nimloth qui poussait à Minas Ithil (plus tard Minas Tirith). Les rois de la lignée d'Elendil rajoutèrent à ce blason la Couronne d'Argent, qui était la marque suprême de la royauté. En Arnor, on finit par employer une seule étoile à cinq branches, l'Elendilmir, qui représentait l'Étoile d'Eärendil. En Gondor, le blason incluant la Couronne d'Argent devint de moins en moins usité jusqu'à l'avènement d'Elessar et du Royaume Réunifié. [6] La couronne du Gondor est décrite avec précision dans la lettre n° 211. L'arbre représenté ici est inspiré de l'arbre représenté sur une jaquette du Retour du Roi dessinée par le professeur Tolkien .
Sceau d'ElendilOn dit qu'Elendil lui-même utilisait son nom écrit en tengwar, sans les voyelles, en tant « qu'insigne et emblème sur ses sceaux ». Cet insigne se retrouvait sur sa tombe d'Amon Anwar.
Sceau des IntendantsLes Intendants du Gondor n'utilisèrent pas de symboles héraldiques qui leur furent propres, et leur bannière était entièrement blanche. Le Sceau des Intendants, utilisé par Cirion pour convoquer les Éothéod, présentait les lettres « R - ND - R » ; pour Arandur (Intendant) ; couronnées par trois étoiles.
Dol AmrothLa Cité de Dol Amroth avait pour emblème un bateau et un cygne. Ces images étaient souvent combinées en un bateau ressemblant à un cygne sur une eau bleue. Un tel bateau est représenté par le professeur Tolkien dans son illustration du Taniquetil, reproduite dans Peintures et aquarelles de J.R.R. Tolkien, n° 31. Dol Amroth était un port pour les Elfes de Lórien qui naviguaient vers l'ouest dans leurs voiliers pendant le Second et le Troisième Âge. [7]
RohanLe Rohan et la Maison d'Eorl utilisaient pour emblème un cheval blanc sur champ vert. Les origines de ce blason sont évidentes. La plupart des terres du Rohan étaient des plaines verdoyantes et les chevaux formaient le principal atout des Rohirrim. Le cheval est sans doute l'un des Mearas, les chevaux blancs des Rois du Rohan. Les Rohirrim n'étaient pas des Edain, et ils n'appartenaient pas non plus à l'un des Royaumes en exil, mais ils occupèrent vers la fin du Troisième Âge des terres qui avaient auparavant appartenu au Gondor [7], et les relations entre les deux peuples étaient très importantes.

Autres

Les Istari

Gandalf et Saruman, les deux Magiciens les plus importants dans le nord-ouest de la Terre du Milieu, utilisaient des cirth (des runes) comme sceaux.

Certh G
Tengwa G
Gandalf utilisait indifféremment un tengwa ou un certh G pour ses sceaux, même s'il préférait apparemment le certh. C'est en effet le tengwa que les enfants d'Hobbitebourg reconnurent lors de son arrivée dans la Comté, mais à Bree et Amon Sûl, il utilisa le cirth. [12]
Certh S
Main Blanche
Les soldats de Saruman portaient des casques marqués d'un S en cirth. Leurs boucliers noirs avaient une petite main blanche en leur centre. La main blanche de Saroumane apparaît aussi en d'autres endroits. La main ici dessinée est basée sur le dessin d'une jaquette proposée pour les Deux Tours par Tolkien. [13]

Les Khazâd

Portes de DurinNotre connaissance de l'héraldique des Nains est extrêmement limitée, de même pour leur culture des emblèmes. Ce que nous savons vient d'un seul exemple : les gravures sur les Portes de Durin, la Porte Ouest de la Moria. On pouvait en effet voir, parmi d'autres choses, les emblèmes de Durin Trompe-la-Mort. Ils représentaient un marteau et une enclume, surmontés d'une couronne entourée de sept étoiles. Les étoiles représentent la constellation Valacirca, la Grande Ourse, que Durin vit au-dessus de sa tête alors qu'il regardait dans le Kheled-zarâm. Les Nains sont toujours associés à la forge, en souvenir de leur créateur Aulë, le Forgeron des Valar, ce qui pourrait expliquer le marteau et l'enclume. [4]

Les Hobbits

Nous ne connaissons absolument rien sur les habitudes hobbites concernant les emblèmes. Nous savons qu'ils utilisaient des formes de logos : quand Merry et Pippin fouillèrent les caves de l'Isengard, ils trouvèrent deux tonneaux d'herbe à pipe. Ces tonneaux étaient marqués par « la marque de fabrique de Sonnecor » - mais on ne nous dit pas à quoi elle ressemble. [14]

Morgoth et ses successeurs

Entre les deux Seigneurs Ténébreux et leurs suivants, on retrouve une constante : la préférence pour le noir.

MorgothLorsque Morgoth tua Fingolfin, son bouclier était « sable, sans ornements », de même que son armure. Le manque d'ornements n'implique pas simplement la personnification des Ténèbres, mais aussi les dispositions nihilistes de Morgoth. [15]
SauronL'emblème de Sauron fait écho à celui de Morgoth : le même fond sable. L'Œil Rouge est le symbole habituel pour Sauron au Troisième Âge, même lorsque l'on parle de lui en tant que personne [13,16]. Cela symbolise son regard posé sur toute la Terre du Milieu depuis la Tour Sombre, notamment sur l'Anneau Unique. L'œil représenté ici est lui aussi inspiré du dessin d'une jaquette du Seigneur des Anneaux faite par le professeur Tolkien.
Minas MorgulLorsque Sauron envahit Minas Ithil, la cité prit un nouveau blason. Le blason de Minas Morgul représentait une lune « défigurée par une tête de mort » [16]. L'arrangement exact du crâne et de la lune est bien sûr difficile à réaliser. La lune est sans doute un souvenir d'avant la prise de pouvoir par Sauron : Minas Ithil signifiant « Tour de la Lune ».
Forces Aériennes Spéciales du MordorLe blason des Forces Aériennes Spéciales du Mordor est décrit hors de tout contexte, mais, étant préservé, le dessin complexe de ce blason le rend unique dans toute la Terre du Milieu. C'était apparemment un insigne que Sauron donnait à ses troupes aériennes, qui comprenaient sans doutes les incarnations des Nazgûl, et peut-être même les dragons restant sous le contrôle de Sauron. Les « ailes » de chaque côté de cet emblème ont une texture semblable à celle d'une plume, pour dire qu'il s'agissait au départ de vraies ailes. Une indication manuscrite disant « vue de dessous » peut vouloir signifier qu'il s'agit d'une des créatures volantes de Sauron, les petites « cornes » visibles entre les ailes et le corps pouvant de ce fait être les pieds de quelqu'un montant cette bête. Mais il est clair que si c'était le cas, le dessin serait extrêmement stylisé. Sur les ailes, on peut remarquer l'image de l'Œil de Sauron, multiplié comme sur les plumes d'un paon. [1]
HaradrimLors de la Bataille des Champs du Pelennor, l'un des chefs des Haradrim sous le commandement de Sauron avait pour bannière un « serpent noir sur fond écarlate ». Il semblerait que cette bataille sonna le glas de ce blason, car ce chef et ces hommes tombèrent devant la fureur des Rohirrim, « et le serpent noir s'effondra ». [17]

Références

  1. Wayne G. Hammond & Christina Scull, J.R.R. Tolkien, Artiste et illustrateur (chapitre « Motifs et Emblèmes »)
  2. Le Silmarillion - Quenta Silmarillion - Chapitre 21
  3. Le Seigneur des Anneaux - Livre II - Chapitre 4
  4. Le Seigneur des Anneaux - Livre I - Chapitre 11
  5. Le Seigneur des Anneaux - Index IV (Étoile)
  6. Le Seigneur des Anneaux - Index IV (Vaisseau)
  7. Le Seigneur des Anneaux - Livre V - Chapitre 3
  8. Le Second livre des contes perdus - La Chute de Gondolin
  9. Contes et légendes inachevés : le Premier Âge - De Tuor et de sa venue à Gondolin
  10. Le Seigneur des Anneaux - Livre I - Chapitre 1
  11. Le Seigneur des Anneaux - Livre III - Chapitre 1
  12. Le Seigneur des Anneaux - Livre III - Chapitre 9
  13. Le Silmarillion - Quenta Silmarillion - Chapitre 18
  14. Le Seigneur des Anneaux - Livre VI - Chapitre 1
  15. Le Seigneur des Anneaux - Livre V - Chapitre 6

Voir aussi

Sur Tolkiendil

Sur le Net

1) NdT : Ce n'est pas le cas dans certaines versions du Légendaire où le Soleil existe dès le commencement du monde.
2) NdT : Si les flammes des blasons de Fëanor et Fingolfin représentent l'impétuosité qui les a poussés à quitter Aman, celles de Finarfin seraient alors moins vives parce qu'il a fait demi-tour.
3) NdT : Avec Telperion.
4) NdT : Bien que leur technologie ait perdu de son ingéniosité depuis la chute de Númenor et de ses secrets.
5) NdT : Turgon et Tuor.
 
essais/divers/armoiries-blasons.txt · Dernière modification: 10/04/2017 15:35 par Druss
Partager sur
Nous suivre sur
https://www.facebook.com/Tolkiendil https://www.twitter.com/TolkiendilFR https://plus.google.com/+Tolkiendil http://www.youtube.com/user/AssoTolkiendil
Tolkiendil - http://www.tolkiendil.com - Tous droits réservés © 1996-2017