Silmarils

Âge des Valar Âge des Arbres Premier Âge Second Âge Troisième Âge Quatrième Âge

Dates1450 AA - …
CréateurFëanor
SignificationÉclats de lumière pure (quenya)
« Dior regarda longtemps le Silmaril que son père et sa mère avaient contre tout espoir, arraché à la terrible domination de Morgoth et sa douleur était grande que la mort les eût pris si tôt. Les sages disent que le Silmaril avait hâté leur fin, car quand Lúthien le portait, sa beauté avait une telle flamme qu'elle était trop forte pour les terres mortelles. » Le Silmarillion - Quenta Silmarillion - Chapitre 22

Le plus doué des Noldor était Fëanor, et sa science des joyaux était telle qu'elle aboutit à la création des Silmarils : trois énormes joyaux qui contenaient la lumière des Deux Arbres, Laurelin et Telperion. Varda les consacra, afin que nul être impur ne put les toucher sans être blessé.

Melkor convoita les Silmarils dès qu'il les vit, et il commença à semer la dissension chez les Noldor. Il ne pouvait cependant dérober les joyaux, qui étaient sous bonne garde à Tirion. Lorsque Fëanor fut exilé de Tirion pour avoir tiré l'épée contre son frère Fingolfin, il emmena avec lui à Formenos les trésors des Noldor, dont les Silmarils. Ceux-ci étaient toujours sous bonne garde, mais Melkor, après avoir occis les Deux Arbres avec l'aide d'Ungoliant, profita de ce que Fëanor se trouvait à Valimar pour venir dérober les joyaux, tuant Finwë qui, seul, n'avait pas fui devant lui. Melkor et Ungoliant s'enfuirent alors vers le nord, revenant sur la Terre du Milieu. Ungoliant réclama les Silmarils à Melkor pour apaiser sa faim, mais celui-ci refusa, et l'araignée dut fuir devant l'arrivée des Balrogs, venus au secours de leur maître. Celui-ci s'installa à Angband et forgea sa Couronne de Fer, sur laquelle il sertit les trois joyaux.

Blason des Silmarils

Pendant ce temps, à Valinor, Fëanor, transporté de haine, maudit Melkor et prêta son terrible Serment, et ses sept fils firent de même. Les Noldor quittèrent en masse Valinor et s'installèrent au Beleriand, et ainsi débuta la Guerre des Joyaux. Il semblait impossible à quiconque de reprendre les Silmarils, au point que Thingol en fit une cruelle plaisanterie, offrant la main de Lúthien à Beren à la condition qu'il lui ramenât un Silmaril. Mais le couple, aidé par Huan, réussit à s'introduire dans Angband et à voler un des Silmarils sur la Couronne de Fer. L'exploit était si grand qu'Elu Thingol accorda la main de sa fille à Beren. Il fit sertir le Silmaril sur le Nauglamír par les Nains de Nogrod, qui se prirent de désir pour l'alliance du chef-d'œuvre des Nains et la splendeur du Silmaril. Ils tuèrent Thingol et s'enfuirent, brisant à jamais les relations de confiance entre Elfes et Nains. Au prix d'un bain de sang, Beren récupéra le Silmaril, qui passa à son fils Dior.

Un Silmaril (© Anke Katrin Eissmann)

Les Fils de Fëanor n'avaient toutefois pas oublié leur Serment, et ils sommèrent Dior de leur rendre le Silmaril. Devant le refus de celui-ci, ils attaquèrent Doriath, dont Dior était devenu roi, et le tuèrent. Cependant, sa fille Elwing réussit à s'échapper, le Nauglamír au cou, et à rejoindre les Bouches du Sirion. Là, elle épousa Eärendil, mais les Fils de Fëanor les attaquèrent à nouveau, et Elwing ne dut son salut qu'à la bienveillance d'Ulmo. Celui-ci la transforma en oiseau, lui permettant de rejoindre Eärendil, qui se trouvait en mer. Elwing portait, encore une fois, le Nauglamír au cou, et le pouvoir du Silmaril permit au Vingilot d'atteindre Valinor. Là, Eärendil plaida la cause des Elfes et des Hommes devant les Valar, qui résolurent de partir une nouvelle fois en guerre contre Morgoth.

Maglor jette son Silmaril à la mer (© Ted Nasmith)

Cette guerre provoqua la chute de Morgoth, et les Valar lui reprirent les deux derniers Silmarils de sa couronne. C'est alors que Maedhros et Maglor, derniers des sept Fils de Fëanor, décidés à respecter leur Serment, dérobèrent les Silmarils. Mais ils avaient perpétré tant de massacres pour eux que leurs droits sur les joyaux leur avaient été ôtés, et les pierres leurs brûlèrent les mains. La folie les prit, et Maedhros se jeta avec le sien dans une crevasse. Quant à Maglor, il jetta son Silmaril dans la mer, et comme Daeron avant lui, erra à travers le monde pour conjurer son chagrin. Eärendil porta le sien sur Vingilot, et, sanctifié, devint l'étoile de l'espoir pour tous ceux qui la contemplaient. Les trois Silmarils représentaient l'air, l'eau et la terre, et chacun d'entre eux avait rejoint son élément.

Note linguistique

Silmarils
Languequenya
SignificationÉclat de lumière pure
RéférencesLettres, p. 148 (n° 131)
DéclinaisonsUn Silmaril, des Silmarilli (Silmarils également employé)

Voir aussi sur Tolkiendil

 
encyclo/artefacts/bijoux/silmarils.txt · Dernière modification: 19/04/2009 03:06 par amra
Partager sur
Nous suivre sur
https://www.facebook.com/Tolkiendil https://www.twitter.com/TolkiendilFR https://plus.google.com/+Tolkiendil http://www.youtube.com/user/AssoTolkiendil
Tolkiendil - http://www.tolkiendil.com - Tous droits réservés © 1996-2014