Tuor

Âge des Valar Âge des Arbres Premier Âge Second Âge Troisième Âge Quatrième Âge

Dates472 1A1) - ?
(530 1A : départ de la Terre du Milieu)
RaceHommes
GroupePeuple de Hador
Autres nomsEladar2), Ulmondil3)
PèreHuor
MèreRían
ÉpouseIdril
EnfantsEärendil
« Et Rían dit aux Elfes : Qu'il soit nommé Tuor, car tel est le nom qu'a choisi son père avant que la guerre ne se vienne mettre entre nous. Et je vous supplie de le nourrir et de le tenir caché sous votre garde; car je prévois qu'il sera source de grands bienfaits pour les Elfes et pour les Hommes. » Contes et légendes inachevés : le Premier Âge - De Tuor et de sa venue à Gondolin

Tuor naquit avant que ne s'achève l'Année des Lamentations. Son père, Huor, se battit aux côtés de Húrin, son frère, à Nirnaeth Arnoediad, pour couvrir la retraite de Turgon, et il y laissa la vie. Lorsque Rían, la mère de Tuor, l'apprit, elle laissa son fils aux soins d'un groupe de Sindar menés par un certain Annael, et s'en fut mourir. Tuor grandit parmi les gens d'Annael et apprit à manier la hache et l'arc. Lorsqu'il eut seize ans, Annael décida de mener son peuple au sud, vers la Baie de Balar, là où vivaient Círdan et son peuple. Mais en quittant la grotte où ils vivaient, Androth, ils tombèrent dans une embuscade tendue par des Orques qui les surveillaient depuis un moment. Tuor refusa de fuir et se battit longtemps, mais il finit par être submergé par le nombre et il fut fait prisonnier et ainsi séparé d'Annael et de son peuple, sans savoir où se trouvait la Porte des Noldor, seule issue pour quitter Dor-lómin que contrôlaient les Orques et les Orientaux depuis Nirnaeth Arnoediad.

Tuor vécut alors trois pénibles années de captivité durant lesquelles il servit le chef des Orientaux, nommé Lorgan. Il parvint toutefois à s'échapper et retourna alors à la caverne où il avait vécu avec les Elfes, commençant une vie de fugitif, de hors-la-loi. Il accomplit de hauts faits, tuant de nombreux Orques et Orientaux, mais il ne cherchait nullement à se venger : il ne voulait que découvrir la Porte des Noldor.

A l'âge de vingt ans, alors qu'il était assis dans la grotte près de la source d'eau qui y coulait, cette petite rivière se mit à enfler et Tuor prit ceci pour un signe, il se mit alors à chanter sans se préoccuper d'être entendu, puis il partit toujours suivant ce ruisseau qui devint rapidement une rivière. Mais il atteignit un point ou la rivière passait sous une arche pour disparaître sous terre. Tuor crut alors qu'il avait fait fausse route, mais il vit que deux Elfes montaient du lit de la rivière. Gelmir et Arminas, car tels étaient leurs noms, lui indiquèrent que ce passage souterrain n'était rien d'autre que la Porte des Noldor qu'il cherchait depuis tant d'années.

Tuor (© Anke Katrin Eissmann)

Il arriva alors en Nevrast et vit pour la première fois Belegaer, la Grande Mer, et on dit qu'il fut le premier Homme à la contempler. Tuor erra longtemps en Nevrast jusqu'à ce qu'un jour des cygnes l'invitent à les suivre. Ceux-ci l'amenèrent finalement à Vinyamar, l'ancien palais de Turgon. Il y trouva une armure et une épée que Turgon avait laissé là sur ordre d'Ulmo. Tuor prit cet équipement, s'en revêtit et descendit au bord de la mer où il parla avec Ulmo lui-même. Celui-ci lui confia une mission : trouver la cité cachée de Gondolin, dont Tuor rêvait depuis qu'Annael lui avait parlé de Turgon, et de remettre un message à Turgon lui-même. Ulmo lui envoya en outre un guide en la personne de l'Elfe Voronwë, qui avait vécu à Gondolin.

Ils entreprirent alors le long voyage de Vinyamar jusqu'au Royaume Caché. Ils affrontèrent le Rude Hiver durant lequel même le Sirion gela par endroits. Ils finirent par atteindre la Rivière-à-sec, puis l'entrée de Gondolin. Ils furent alors arrêtés par Élemmakil qui, apprenant la mission de Tuor, les guida à travers les sept portes qui gardaient l'unique entrée de la ville. Après la dernière porte, Tuor contempla enfin la cité cachée de Gondolin. Il put alors remettre le message d'Ulmo, qui conseillait à Turgon d'abandonner sa ville et de descendre le Sirion, car le temps était proche où les Noldor seraient détruits par la puissance de Morgoth.

Mais Turgon s'était attaché à sa cité, et croyait en son invulnérabilité, aussi il n'obéit pas aux conseils d'Ulmo. Mais Tuor resta à Gondolin et gagna l'estime du roi, malgré la haine que lui portait Maeglin, le neveu de Turgon. Finalement, sept ans après être entré à Gondolin, Turgon accepta de donner la main de sa fille Idril à Tuor, ce qui rendit la rage de Maeglin envers Tuor encore plus forte. Au printemps de l'année suivante, naquit Eärendil le Semi-Elfe, fils de Tuor et d'Idril. En l'an 510 du Premier Âge, lorsque Eärendil fut agé de sept ans, Morgoth attaqua Gondolin, aidé par la trahison de Maeglin. Mais Tuor, Idril et leur fils ainsi que toutes les personnes qu'ils avaient pu rassembler échappèrent au désastre grâce à un passage secret aménagé par Idril. Après quelques péripéties, et notamment le sacrifice de Glorfindel, les Elfes et Tuor réussirent à atteindre la vallée du Sirion.

Après un bref passage par les bois de Nan-tathren, Tuor et Idril continuèrent de descendre le Sirion et rejoignirent les réfugiés qui avaient fui les chutes successives de Nargothrond et de Doriath. Toutefois, l'amour de la mer qu'Ulmo avait instillé en son cœur était insatiable, et il prit la mer aux côtés d'Idril à bord de son navire, l'Eärrámë. Nul récit ne nous conte son destin, mais il est dit qu'il fut admis parmi les Noldor en Aman.

Voir aussi sur Tolkiendil

3) Ibid., p. 235
 
encyclo/personnages/hommes/1a/peuple_de_hador/tuor.txt · Dernière modification: 24/04/2009 02:15 par amra
Tolkiendil - http://www.tolkiendil.com - Tous droits réservés © 1996-2014
Partager