Noms sindarins composés de la Terre du Milieu

Quatre Anneaux
Lena — Octobre 2003
traduit de l’anglais par Damien Bador
Article de synthèseArticles de synthèse : Ces articles permettent d’avoir une vue d’ensemble du thème traité mais ils nécessitent une bonne connaissance des principales œuvres de J.R.R Tolkien.

L’orthographe de tous les éléments des composés est donnée suivant ce que nous pensons (ou plutôt ce que Helge Fauskanger pense) être la manière dont ils auraient été orthographiés en sindarin du Troisième Âge (excepté pour les formes archaïques, i.e. doriathrin, telerin, etc.) Ainsi par exemple, la forme d’un mot monosyllabique en -nd est préférée à celle en -nn ou -n, et ainsi de suite. La signification des différents éléments est tirée du dictionnaire sindarin d’Hiswelókë et / ou des « Étymologies ». Des références précises ne sont données que si l’origine ou la signification du mot est (à mon sens) questionnable et la source doit donc être fournie pour référence.

J’aimerais remercier Didier Willis et Gildor Inglorion pour leurs idées et encouragements. Sans leur aide, ce travail n’aurait jamais été achevé.

Références spécifiques :

  • Hiswelókë — Dictionnaire sindarin d’Hiswelókë
  • HKF — Helge Kåre Fauskanger

A

  • Abonnen – né après ; ab (préfixe « après ») + onnen (part. pas. de onna- « enfanter »)
  • Adanath – hommes ; adan (« homme ») + ath (suffixe pluriel collectif)
  • Adanedhel (Túrin) – homme-elfe ; adan (« homme ») + edhel (« elfe »)
  • Aderthad – réunion ; ad (« encore ») + erthad (gérondif de ertha- « unir »)
  • Adurant – double cours ; adu (ilk. (sind. arch. ?) « double ») + rant (« gisement de minéraux métalliques, veine »)
  • Aeglos – épine de neige ; aeg (sind. aegas « sommet montagneux, épine ») + gloss (« blanc-neige ») ou loss (« neige ») le s final de (g)loss tombe à la fin d’un mot polysyllabique [HKF].
  • Aegnor – feu terrible ; aeg (du q. aika « terrible ») + naur (« flamme ») forme sind. du q. Aikanáro « flamme aiguë, feu terrible » ; ce nom n’était pas du sindarin véritable, car cette langue ne comportait aucun adjectif correspondant au q. « fatal, terrible », quoiqu’il se serait écrit aeg s’il avait existé1).
  • Aelin-uial – étangs [du] crépuscule ; aelin (pl. de ae « lac, étang, marais ») + uial (« crépuscule »)
  • Aeluin - pâle, #lac bleu ; ael (« lac, étang, marais ») + #luin (dor. « pâle, #bleu »)
  • Aerandir – vagabond de mer ; aer, aear (« mer ») + randír (« errant, pèlerin »)
  • Agarwaen (Túrin) – sanglant ; agar (« sang ») + gwaen (« taché » [Étym. WA3-]) #La structure du dernier élément n’est pas claire.
  • Aglarond – la caverne étincellante ; aglar (« gloire, brillance ») + rond (« salle coiffée d’un dôme »2))
  • Aglon(d) – défilé, passe entre de hauts murs ; ag- (sind. agor « étroit ») + lond « passe »
  • Alfirin – immortel ; al- (préfixe négatif) + firin (« mortel »)
  • Amloth – haute fleur ; am (préfixe « haut, vers le haut ») + loth (« fleur »)
  • Amon Anwar – colline de révérence ; amon (« colline, tertre pentu »), anwar (« terreur, révérence »)
  • Amon Amarth – mont [du] destin ; amon (« colline, tertre pentu »), amarth (« destin, destinée »)
  • Amon Carab – colline du chapeau ; amon (« colline, tertre pentu »), carab (« chapeau »)
  • Amon Dîn – colline silencieuse; amon (« colline, tertre pentu »), dîn (« silencieux »). D’après Davis Salo: « dh et mh étaient susceptibles de redevenir d et m lorsqu’ils venaient à suivre une nasale après la syncope »3) ; #le nom pourrait aussi s’interpréter « colline du silence », vu que l’adjectif « silencieux » est attesté sous la forme dínen.
  • Amon Ereb – colline solitaire ; amon (« colline, tertre pentu »), ereb (« isolé, solitaire »)
  • Amon Ethir – colline des espions ; amon (« colline, tertre pentu »), [Hiswelókë] ed (« dehors, en-dehors ») + tirn (« observateur »)
  • Amon Hen – colline de l’œil ; amon (« colline, tertre pentu »), hend (« œil ») #La terminaison –nd est habituellement préservée à la fin des monosyllabes pleinement accentuées4), mais elle peut tomber ici, parce que hend est précédée par une autre polysyllabe accentuée, ce qui diminue quelque peu l’accentuation de celle qui suit.
  • Amon Lanc – colline nue ; amon (« colline, tertre pentu »), lanc (« nu »)
  • Amon Lhaw – colline de l’ouïe ; amon (« colline, tertre pentu »), lhaw (pl. « oreilles »)
  • Amon Obel – #colline du village ; amon (« colline, tertre pentu »), obel (« village ou maison forte ») #Le deuxième élément se retrouve dans Obel Halad (possiblement « colline du chef »5)).
  • Amon Rûdh – colline chauve ; amon (« colline, tertre pentu »), rûdh (« chauve »)
  • Amon Sûl – colline du vent ; amon (« colline, tertre pentu »), sûl (« vent »)
  • Amon Uilos – tertre de la neige éternellement blanche ; amon (« colline, tertre pentu »), #ui (radical de uireb « éternel ») + loss (« neige »). Le s final de loss tombe à la fin d’un mot polysyllabique [HKF].
  • Ancalagon – mâchoires impétueuses6) ; anc (« mâchoire, rangée de dents ») + alag (« se précipitant, impétueux ») + #on (#terminaison masculine) ; les Étym. traduisent cela par « Orage mordant », l’élément final étant probablement alagos (« orage »), avec un changement de la dernière consonne.
  • Andram – long mur ; and (« long ») + ramb (« mur »)
  • Andras(t) – cap long ; and (« long ») + #rast (« #côte »). #Le deuxième élément est probablement identique à celui de Nevrast et Haerast.
  • Andrath – longue montée ; and (« long ») + rath (« cours, passage »)
  • Androth – longue cave ; and (« long ») + groth (« habitation souterraine »)
  • Anduin – longue rivière ; and (« long ») + duin (« rivière longue et large »)
  • Anfalas – longue plage ; and (« long ») + falas (« côte, plage, rive »)
  • An(d)fang – longue barbe ; and (« long ») + fang (« barbe »)
  • Anfangrim – nains à la longue barbe ; and (« long ») + fang (« barbe ») + rim (suffixe pluriel collectif)7)
  • Anfauglir – longues mâchoires assoiffées (Carcharoth) ; an(d) (« long ») + faug (« soif ») + lîr (« ligne, rangée #de dents »)
  • Anfauglith – grande poussière assoiffée ; and (« grand ») + faug (« soif ») + lith (« cendre, sable, poussière »)
  • Angband – enfer de fer, prison ; ang (« prison ») + (m-)band (« prison »). Dérivé de *angmbandâ, gmb > gb.
  • Angerthas – longue ligne de runes ; and (« long ») + certhas (« ligne de runes ») < certh (« une rune ») + as (#suffixe abstrait collectif)
  • Anglachel – fer enflammé ; ang « fer » + lach (dérivé de lacha « flamme ») + #êl (« étoile »)
  • Anghabar – #mine de fer ; ang (« fer ») + sabar (« mine excavée ») #[HKF] La forme régulière pourrait aussi être habar.
  • Angmar – terre de fer ; ang (« fer ») + (m-)bar (« terre, habitation »). La lénition du deuxième élément est peu claire (nous nous attendrions plutôt à Angbar), mais les edain faisaient souvent des erreurs lorsqu’ils créaient des toponymes en elfique ; cf. VT 42 « Les rivières et collines des feux ».
  • Angrenost – forteresse de fer (Isengard ; angren (« fer ») + ost (« forteresse, place forte »).
  • Angrist – trenchoir de fer, épée ; ang (« fer ») + rist (dérivé de risto « trancher »). Le radical du dernier élément fusionna avec le radical kris-, de signification similaire8).
  • Angrod – [l’homme] de fer éminent ; ang (« fer ») + arod (dérivé du tel. Aráto « noble » < aráta « noble » + terminaison masculine o [HKF]). Dans les Étym., entrée RAUTĀ-, le deuxième élément est dit être rod (dérivé de raud « métal », dont la signification, modifiée, était antérieurement « cuivre ») ; équivalent sindarin du tel. Angaráto9).
  • Angwedh – chaîne ; ang (« fer ») + gwedh (« attache »)
  • Annon-in-Gelydh – portail des Ñoldor ; annon (« grande porte ou portail ») + in (article gén. pl.) + (n-)Gelyth (pluriel de (n-)Golodh « Ñoldor »)
  • Annúminas – tour de l’Ouest ; annûn (« Ouest, couchant ») + minas (« tour »). #L’assimilation nm > mm > m pourrait être une « mutation nasale interne ».
  • Anórien – terre du soleil ; anor (le soleil) + iend (-end est un suffixe communément utilisé dans les noms de régions et de pays10). #Le ó long reflète probablement la voyelle longue de la racine primitive, qui demeure longue (dans le premier élément d’un composé) lorsqu’elle est accentuée.
  • Aphadon – successeur, suivant ; ab (préfixe « après ») + pad- (« marche[r] ») + on (#terminaison traditionnelle des noms masculins)
  • Aphadrim – suivants (hommes) ; ab (préfixe « après ») + pad- (« marche[r] ») + rim (suffixe pluriel collectif)
  • Araglas – #joie royale ;aran (« roi ») + glass (« joie »)
  • Aradan – homme du roi ; ar(a) (préfixe « haut, élevé, noble, royal ») + adan (« homme »)
  • Arador – #seigneur royal; ara (préfixe « haut, élevé, noble, royal ») + taur (« roi, seigneur »)
  • Aragorn – valeur royale ; aran (« roi ») + gorn (« valeur » #La traduction est donnée dans PM, mais pourrait aussi bien être plus compliquée et inclure ou faire allusion à d’autres radicaux ; plusieurs noms [de la lignée d’Arthedain], quoique étant de forme sindarine, sont difficilement interprétables11).
  • Aragost – #terreur royale ; aran (« roi ») + gost (« terreur »)
  • Arahael – #roi sage ; ara (« haut, élevé, noble, royal ») + sael (« sage »)
  • Aranath – rois ; aran (« roi ») + ath (suffixe pluriel collectif)
  • Aranarth – #noble roi ; aran (« roi ») + arth (« élevé, noble »)
  • Aran Einior – Ancien Roi (Manwë)12) ; aran (« roi ») + einior (« ancien ») > an (préfixe comparatif) + iaur (ancien, vieux)
  • Aranrúth – colère royale ; aran (« roi ») + rûth (« colère ») l’origine archaïque de ce nom explique probablement pourquoi l’assimilation nr > dhr n’a pas lieu
  • Aranuir – #roi éternel ; aran (« roi ») + #uir (« éternité »)
  • Araphant – #roi plein, roi de tous ; aran (« roi ») + pant («complètement plein, ») #l’assimilation n + p > ph pourrait être une « mutation nasale interne »
  • Araphor – #poing royal ; aran (« roi ») + paur (« poing »)
  • Arathorn – aigle royal ; aran (« roi ») + thorn (« aigle »)
  • Araval – #roi doré ;ara (préfixe « haut, noble, royal ») + mall (« doré, d’or »)
  • Aravir – #joyau royal ; ara (préfixe « haut, noble, royal ») + mîr (« joyau, trésor »)
  • Aravorn – #roi noir ; ara (préfixe « haut, noble, royal ») + morn (« noir »)
  • Ard-Galen – région, endroit vert ; ardh (« royaume, région ») + calen (« vert »)
  • Aredhel – noble, haut elfe ; ar(a) (préfixe « haut, noble, royal ») + edhel (« elfe »)
  • Argeleb – #argent royal ; ar (préfixe « haut, noble, royal ») + #celeb (« argent »)
  • Argonath – pierres royales ; arn (préfixe « royal ») + gond (« grande pierre, roc ») + ath (suffixe pluriel collectif). Le groupe triconsonantique rgn donne rg ; dans ce cas, le nd originel ne produit pas nn avant le suffixe pluriel collectif –ath. #Il pourrait s’agir d’une forme dialectale ou d’une erreur de la part des Gondoriens, qui n’usaient pas toujours correctement des langues elfiques ; cf. VT 42 « Rivières et collines des feux ».
  • Argonui – #valeur royale ; ar (préfixe « haut, noble, royal ») + caun (« valeur ») + ui (suffixe adjectival)
  • Arnor – terre royale ;ar (préfixe « haut, noble, royal ») + (n-)dor (« terre, habitation ») « Arnor fut conservé pour éviter Ardor et fut plus tard expliqué comme une fusion du quenya Arnanóre avec le sind. arn(a)dor > ardor. »13)
  • Arossiach – gués de l’Aros ; Aros (nom de rivière) + #iach (« gués »)
  • Arothir – noble seigneur ; arod (« noble ») + hîr (« seigneur »). Equivalent sind. du q. Artaher14).
  • Arthedain – hommes nobles ; arth (« noble, élevé ») + edain (pl. de adan « homme »)
  • Arvedui – dernier roi ; âr (« roi ») + medui (« dernier »)
  • Arvegil – #épée royale; ar (préfixe « haut, élevé, noble, royal ») + megil (« épée »)
  • Arveleg – #puissant roi; ar (préfixe « haut, élevé, noble, royal ») + beleg (« grand, puissant »)
  • Arwen – demoiselle royale, noble ; ar (préfixe « haut, élevé, noble, royal ») + gwend (« demoiselle, femme »)
  • Athrad Angren (pl. Ethraid Engrin) – gué de fer ; athrad (« passage de rivière, gué, voie ») + angren (« fer »). #Le premier élément pourrait s’interpréter comme étant ath (préfixe « des deux côtés, à travers ») + râd (chemin, sente »)
  • Athrad D(h)aer – grand gué ; athrad (« passage de rivière, gué, voie ») + daer (« grand »). #La variation du deuxième élément pourrait refléter la réticence de Tolkien à user du « fruste » digramme dh.
  • Athrad i-Negyth – gué des Nains ; athrad (« passage de rivière, gué, voie ») + in (article du génitif pluriel) + negyth (pluriel de nogoth « nain »). #Le premier élément pourrait s’interpréter par ath (préfixe « des deux côtés, à travers ») + râd (chemin, sente ») (Étym. RAT-).

B

  • Balannor – terre des dieux ; Balan (« pouvoir, dieu ») + (n-)dor (« terre, habitation »)
  • Balrog - démon de puissance ; bal- (radical « cruel » [Étym. ÑGWAL-]) + raug (créature puissante et hostile, démon »)
  • Barad-dûr – tour sombre ; barad (« tour ») + dûr (« sombre, obscur ») #dh pourrait redonner d par assimilation avec le d qui précède.
  • Barad Nimras – tour de la corne blanche ; barad (« tour »), nimp (« blanc ») + ras (« corne »). La forme originelle de ras serait probablement rass en sindarin du Troisième Âge, le s final tombant dans les mots composés [HKF].
  • Barad Eithel – « tour du puit » ; barad (« tour ») + eithel (« source, puit »)
  • Baragund – prince enflammé ; bara (« enflammé ») + cund (« prince »)
  • Barahir (Barachir) – seigneur enflammé ; bara (« enflammé ») + hîr (« seigneur »)
  • Baranduin – rivière brun-doré ; baran (« brun-doré ») + duin (« rivière longue et large »). Selon David Salo : « dh et mh étaient susceptible de redonner d et m lorsqu’ils venaient à suivre une nasale après la syncope. »15)
  • Bar-en-Danwedh – maison de la rançon ; bar (« maison ») + en (article génitif) + #dan (« arrière, en arrière ») +#gwedh (« attache, lien ») #Nous nous attendrions à observer Bar-e-Ndanwedh, mais il pourrait s’agir d’une variante dialectale de ce nom.
  • Bar-i-Mýl – maison des mouettes ; (m-)bar (« demeurer, habiter ») + in (article gén. pl.) + mýl (pl. de mýl « mouette »)
  • Barthan – Fabriquant de la Terre (Aulë) ; (m-)bar (« demeurer, habiter ») + tan (« fabriquant, favre »)
  • Basgorn – une miche de pain ; (m-)bast (« pain ») + corn (« rond »)
  • Bauglir (Melkor) – tyran (#chaîne d’oppression) ; baug (« cruel, oppressant ») + lîr (« ligne, rangée, chaîne »)
  • Belegaer – grande mer ; beleg (« grand, puissant ») + (g)aer (« mer »)
  • Belegost – grande forteresse ; beleg (« grand, puissant ») + ost (« forteresse »)
  • Belegurth – grande mort (Melkor)16) ; beleg (« grand, puissant ») + gurth (« mort »)
  • Beleriand – la terre de Balar ; Balar (nom de l’île, dérivé du q. pr. *balāre) + iand (-and, suffixe fréquemment utilisé pour des noms de régions et de pays17))
  • Borlas – #joie fidèle, durable (nom masculin) ; bór (« fidèle, durable ») + glass (« joie »)
  • Brethiliand – forêt de bouleaux ; brethil (« bouleau ») + and (suffixe fréquemment utilisé pour des noms de régions et de pays18))
  • Brithombar – terre de la rivière Brithon ; Brithon (nom de la rivière « gravillonneux » [HKF]) + (m-)bar (« demeurer, habiter »)
  • Brilthor – torrent scintillant ; bril (ilk. « verre, cristal ») + thôr (« plongeant, bondissant vers le bas »)
  • Brithiach – gué de graviers ; brith (ilk. « pierres brisées, gravier ») + #iach (« gué »)
  • Bruinen – eau bruyante ; brui (« bruyant ») + nen (« eau »)

C

  • Cabed-en-Aras – le saut du cerf ; cabed (gér. de cab- « sauter ») + en (article gén.) + aras (« cerf »)
  • Cabed Naeramarth – saut de l’effrayant destin ; cabed (gér. de cab- « sauter »), naer (« triste, lamentable ») + amarth (« foi, destin »)
  • Cair Andros – navire à la longue écume ; cair (« navire »), and (« long ») + ros (« écume, pluie ») nd ne donne pas nn devant r19) ; la forme originelle de ros était probablemen ross, le -s final tombant dans les mots composés [HKF].
  • Calben – une personne de lumière ; cal (dérivé du q. pr. *kala- « lumière ») + pen (« quelqu’un, quiconque ») est dit être « de forme » apparenté au q. Kalaquendi20)
  • Calenardhon – verte province ; calen (« vert ») + ardh (« royaume, région ») + ond (suffixe fréquemment employé pour les noms de régions et pays21))
  • Calenhad – endroit vert ; calen (« vert ») + sad (« aire délimitée, naturellement ou artificiellement définie, un endroit, point »)
  • Camlost (Beren) – main vide ; cam(b) (« main ») + lost (« vide »)
  • Carnen – eau rouge ; car (de caran « rouge ») + nen (« eau »)
  • Carach Angren – croc de fer ; carach (« pique, dent ou roc ») + angren (« fer »)
  • Caradhras – corne rouge ; caran (« rouge ») + ras (« corne, pic montagneux ») dhr provient de n-r en contact secondaire ; la forme originelle de ras est probablement rass, le -s final tombant dans les mots composés [HKF].
  • Caras Galadhon – forteresse des arbres ; caras (#nan. « forteresse entourée de douves »22)), galadh (« arbre ») + #on (#pourrait être nandorin. Suffixe génitif [HKF])
  • Carcharoth – mâchoire rouge ; carch (« dent, croc ») + car (de caran « rouge ») + #(h-)oth (#suffixe pluriel collectif)
  • Carchost – citadelle du croc ; carch (« dent, croc ») + ost (« forteresse, place forte »)
  • Celduin – rivière courante ; cell (adj. « courant, s’écoulant ») + duin (« grande et large rivière »)
  • Celebdil – « corne d’argent » ; celeb (« argent ») + till (« corne, pointe »)
  • Celeborn – #haut argent23) ; celeb (« argent ») + orn (du q. pr. *ornā « s’élevant, grand ») réinterprété à partir d’une traduction ancienne « arbre d’argent » ; celeb (« argent ») + orn (« arbre ») ; équivalent sindarin du tel. Teleporno.
  • Celebrant – « gisement d’argent » ; celeb (« argent ») + rant (« gisement de minéraux métalliques, veine »)
  • Celebrimbor – poing d’argent ; celebrin (« argenté ») + paur (« une main fermement serrée comme pour utiliser un ustensile ou un outil d’artisan »)24) forme sindarisée du tel. Telperimpar, q. Tyelpinquar.
  • Celebrindal – pied d’argent ; celebren (<celebrina « argenté ») + tâl (« pied ») [HKF] nd ne devenait pas nn lorsque n et d provenaient d’éléments différents dans le composé.
  • Celebros – écume d’argent, pluie d’argent ; celeb (« argent ») + ros (« écume, pluie ») la forme originelle de ros était probablemen ross, le -s final tombant dans les mots composés [HKF].
  • Certh iMbelain – Faucille des Pouvoirs (q. Valakirka) ; certh (« faucille ») + in (article gén. pl.) + Belain (pl. de Balan « Pouvoir ») la lénition de Balain en Mbelain reflète l’ancienne conception de Tolkien concernant la mutation nasale, où b, d,g > mb, nd, ng [HKF], à moins qu’il ne s’agisse d’une forme archaïque.
  • Círdan – « charpentier de navires » ; cír (pl. de cair « navire ») + tan (« fabriquant, favre »)
  • Cirith Dúath – passe de l’ombre ; cirith (« passe, faille »), (« crépuscule, nuit, sombreur ») + gwath (« ombre »)
  • Cirith Forn en Andrath – passe septentrionale s’élevant haut ; cirith (« passe, faille »), forn (« nord »), en (article gén.), and (« long ») + #rath (« #passage montant »)
  • Cirith Niniach – passe de l’arc-en-ciel ; cirith (« passe, faille »), niniach (« arc-en-ciel ») > nîn (« mouillé ») + #iach (« gué, pont »)
  • Cirith Thoronath – passe des aigles ; cirith (« passe, faille »), thoron (« aigle ») + ath (suffixe pluriel collectif)
  • Cirith Ungol – passe de l’araignée ; cirith (« passe »), ungol (« araignée »)
  • Cormallen – cercle doré ; corn (« rond ») + mal(d) (« or ») + en (suffixe adjectival)
  • Crissaegrim – montagnes crevassées ; criss (« faille ») + aeg (sind. aegas « pic montagneux, épine ») + rim (suffixe pluriel collectif) [HKF] ss est conservé en position intervocalique à la fin des monosyllabes
  • Cúthalion – arc puissant ; (« arc ») + thalion (« personne forte, sans peur ») > thala (« fort, sans crainte ») + ion (terminaison masculine traditionnelle)

D

  • Daerachas – grande peur, terreur ; daer (« grand ») + achas, gachas ? [Hiswelókë] (« terreur, peur »)
  • Dagnir Glaurunga – tueur de Glaurung ; dag- (« tuer ») + (n-)dîr (« homme, adulte mâle », ici : « faiseur ») + Glaurung (nom de dragon) + a (terminaison génitive en doriathrin). #La mutation de dîr en nir pourrait s’expliquer par l’origine doriathrine de ce nom.
  • Dagor Aglareb – bataille glorieuse ; dagor (« bataille »), aglar (« gloire ») + eb (suffixe adjectival)
  • Dagor Bragollach – bataille de la flamme soudaine ; dagor (« bataille »), bragol (« soudain ») + lach (« flamme »)
  • Dagorlad – plaine de la bataille ; dagor (« bataille ») + lad (« plaine, vallée »)
  • Dagor-nuin-Giliath – bataille sous les étoiles ; dagor (« bataille »)+ nu (prép. « sous, dessous ») + in (article pl.) + gîl (« étoile ») + ath (suffixe collectif pluriel)
  • Dambeth – réponse ; dan (« en arrière, en retour ») + peth (« mot »)
  • Damrod – marteau métallique ; (n-)dam (« marteler, frapper ») + raud (« métal »). Forme sindarine du q. Nambarauto ; le deuxième élément est une modification de l’ancienne signification « cuivre » [Étym. RAUTĀ-].
  • Deldú(w)ath – ombre de l’horreur nocturne ; del (« peur, dégoût, horreur ») + (« crépuscule, nuit, sombreur ») + gwath (« ombre »)
  • Dimbar – terre triste ; dimb (ilk. « triste, mélancolique » [Étym. DEM-]) + (m-)bar (« terre, habitation »)
  • Dineth – jeune dame, épousée (Indis) ; (« épousée, dame ») + neth (« jeune »)
  • Dol Baran – colline brun-doré ; (n-)dol (« colline »), baran (« brun-doré »). #L’absence de lénition dans baran pourrait probablement s’expliquer par des différences dialectales.
  • Dol Guldur – colline de magie noire ; (n-)dol (« colline »), (n-)gûl (« magie ») + dûr (« sombre »)
  • Dolmed – tête humide ; (n-)dol (« colline ») + méd (dor. « humide »)
  • Dor-Cúarthol – terre de l’arc et du heaume ; (n-)dôr (« terre, endroit d’habitation »), (« arc ») + ar (« et ») + thôl (« casque, heaume »)
  • Dor Daedelos – terre de la grande / ombre de peur ; (n-)dôr (« terre, endroit d’habitation »), dae (« ombre ») #ou daer (« grand ») + delos (« exécration, répugnance, détestation ») [Étym. DYEL-] probablement del (« peur ») + gos, goth (#gost ?« terreur »)
  • Dor Dínen – terre silencieuse ;(n-)dôr (« terre, endroit d’habitation »), dîn (« silence ») + en (suffixe adjectival). #L’absence de lénition pourrait s’expliquer par l’aversion de Tolkien envers le « fruste » digramme dh.
  • Dorgannas Iaur – compte-rendu des terres de jadis ; (n-)dôr (« terre, endroit d’habitation ») + cant (« forme ») + as (#suffixe abstrait collectif) + iaur (« ancien »). #Le suffixe –as dénote probablement « un ensemble complet de choses différentes du même genre »25).
  • Dor Firn-i-Chuinar – terre des morts qui vivent ; (n-)dôr (« terre, endroit d’habitation ») firn (pl. de fern « mortel ») + in (ici : pronom relatif pluriel) + cuinar (3ème pers. pl. de cuina – « être vivant »)
  • Doriath – terre de la barrière ; (n-)dôr (« terre, habitation ») + iâth (« barrière »); « les séquences génitives avec le possesseur ou qualificateur en second devinrent des composés figés à la période tardive, comme Dóriath »26) ; #probablement réinterprété par Tolkien à partir de la glose antérieure « terre de la caverne » < (n-)dôr (« terre, endroit d’habitation ») + #i (article singulier ou génitif) + gath (« caverne ») [Étym. GATH-]
  • Dor Lómin (Lómen) – terre de l’écho ; (n-)dôr (« terre, endroit d’habitation »), lómin ([également lómen] dor. « échoïque, faisant écho »)
  • Dor Lamren – terre de l’écho (sindarin pur pour Dor Lómin) ; (n-)dôr (« terre, endroit d’habitation »), glamren (« échoïque, faisant écho ») < glam (sind. glamor, glambr « écho ») + en (suffixe adjectival)
  • Dornhoth – « peuple difforme » (nains); dorn (« raide, résistant, coriace ») + hoth (« foule, horde », utilisé ici comme suffixe pluriel collectif).
  • Dor-nu-Fauglith – terre sous des cendres étouffantes ; (n-)dôr (« terre, habitation ») + nu (prép. « sous, dessous ») + faug (« soif ») + lith (« cendre, sable, poussière »)
  • Dorthonion – terre des pins ; (n-)dôr (« terre, endroit d’habitation ») + thôn (« pin ») + ion ([HKF] dor. suffixe gén. pl.)
  • Drambor – #poing aux coups puissants ; dramb (« coup puissant ») + paur (« poing fermé »)
  • Draugluin – loup pâle, #bleu ; draug (« loup ») + luin (dor. « pâle, *bleu »)
  • Drúadan – un des drû ; drû (adaptation sindarine du mot autochtone drughu) + adan (« homme »)
  • Drúnos – une famille d’hommes drû ; drû (adaptation sindarine du mot autochtone drughu) + noss (« maison, famille ») la forme originelle de nos est probablement noss, le -s final tombant dans les mots composés [HKF].
  • Duinhir – seigneur de la rivière ; duin (« rivière ») + hîr (« seigneur »)
  • Duilwen – rivière verte ; duil (« rivière » [Étym. DUI-] #ilk. seulement ?) + gwên (ilk. « vert »)
  • Duin D(h)aer – grande rivière (Gelion) ; duin (« rivière ») + daer (« grand »); #la variation du deuxième élément pourrait refléter la réticence de Tolkien à utiliser le « fruste » digramme dh.
  • Dúnadan (pl. Dúnedain)– homme de l’Ouest, occidental ; (n-)dûn (« occident, ouest ») + adan (« un homme de l’une des trois maisons des Edain »)
  • Dúnedhel – elfe de l’Ouest, occidental ; (n-)dûn (« occident, ouest ») + edhel (« elfe »)
  • Durthang – sombre contrainte, oppression ; dûr (« sombre ») + thang (« compulsion, oppression »)

E

  • Echad i Sedryn – camp des fidèles ; achad (« camp ») + in (article génitif pluriel) + sedryn (pl. de sadron « personne fidèle »)
  • Edegil – sept étoiles (Grande Ourse) ; odog (« sept ») + gîl (pl. de gîl « étoile »)
  • Edenedair – pères des hommes ; pluriel de adanadar < adan (« homme ») + adar (« père »)
  • Edhellond – havre elfique ; edhel (« elfe ») + lond (« entrée de port, havre entouré de terres »)
  • Edhelrim, eledhrim – elfes ; edhel, eledh (« elfe ») + rim (terminaison plurielle collective)
  • Edhelharn – pierre elfique ; edhel (« elfe ») + sarn (« pierre »)
  • Egladhrim – les abandonnés (Falathrim) ; eglan (« personne abandonnée ») + rim (terminaison plurielle collective) dhr dérive de n-r en contact secondaire27)
  • Eglador – terre des Elfes (Doriath) ; eglan (« elfe, Falathrim ») + (n-)dor (« terre, endroit d’habitation »)28)
  • Eglamar – demeure des Elfes ; egla- (dérivé du q. pr. *hekla « elfe, Falathrim ») + (m-)bar (« terre, habitation »). Dit être un ancien nom, comme le montre sa construction, l’élément génitif étant placé en premier : *ekla-mbar 29) ; #le fait que le premier élément du composé soit egla- et non eglan- explique probablement la mutation de mb- en m, par opposition avec Eglador.
  • Eglath – les abandonnés (Falathrim) ; egla (dérivé du q. pr. *hekla « elfe, Falathrim ») + ath (suffixe pluriel collectif)
  • Egnor – #épine de feu ; êg (« épine ») + naur (« feu »)
  • Elanor – étoile-soleil (fleur) ; êl (« étoile ») + anor (« soleil »)
  • Elbereth – dame / reine des étoiles ; êl (« étoile ») + bereth (« reine, épouse d’un roi »). Pas de lénition : nom originel *Elenbarathi donnant *Elmbereth, où l’agglomérat lmb > lb30)
  • El(d)rim – elfes ; el(d) (dérivé de l’eld. com. *eldā- en lien ou en rapport avec les étoiles31)) + rim (suffixe pluriel collectif) ll-r en contact secondaire donne ldr, ultérieurement simplifié à nouveau32).
  • EledhrimElfes ; elen (« elfe ») + rim (suffixe pluriel collectif) dhr dérive de n-r en contact secondaire33).
  • Eledhwen – demoiselle elfe (Morwen) ; eledh (« elfe ») + gwend (« femme, demoiselle » [Étym. ELED-]) D’après les Étym., radical WEN-, ce mot contient probablement un dérivé du radical WEN-, pas de WENED-; puisqu’il ne présente pas de –d, même dans une orthographe archaïque, et le dernier élément est l’ilk. gwen « fille » ; dans les « Annales grises », la traduction donnée est « Splendeur elfique ».
  • Elfaron – chasseur d’étoile (Lune) ; êl (« étoile ») + faron (« chasseur »)
  • Elladan – homme-elfe ; ell (dérivé de l’eld. com. *eldā- en lien ou en rapport avec les étoiles34)) + adan (« un homme de l’une des trois maisons des edain »)
  • Elleth – femme-elfe ; ell (dérivé de l’eld. com. *eldā- en lien ou en rapport avec les étoiles35)) + eth (terminaison traditionnelle pour des noms féminins)
  • Ellon – homme-elfe ; ell (dérivé de l’eld. com. *eldā- en lien ou en rapport avec les étoiles36)) + on (terminaison traditionnelle pour des noms masculins)
  • Elrond – dôme étoilé ; êl (« étoile ») + rond (« voûte en dôme »)
  • Elrohir – seigneur du cheval elfique ; el (dérivé de l’eld. com. *eldā- en lien ou en rapport avec les étoiles37)) + roch (« cheval ») + hîr (« maître, seigneur »)
  • Elros – écume, embrun étoilé ; êl (« étoile ») + ros (« écume, embrun »). En PM, p. 369, le dernier élément est dit être rôs, provenant de la langue bëorienne.
  • Elthor(o)n – aigle de l’étoile ; êl (« étoile ») + ilk. thorn / sind. thoron (« aigle »)
  • Eluchil – héritier d’Elu ; Elu (nom) + (k-)hîl (« héritier »)
  • Elvellon – ami des elfes ; el (dérivé de elen « elfe »38)) + mellon (« ami »)
  • Elwing – écume étoilée ; êl (« étoile ») + wing (« embrun, écume »). La signification de wing est incertaine, et pourrait être un emprunt au nandorin, mais son interprétation est une simple hypothèse39) ; plus loin en p. 369, cet élément est dit venir de la langue bëorienne ; dans les Étym., radical WIG-, le mot sindarin et Ilkorin pour « poudrin, embrun » est dit être gwing.
  • Emyn Arnen – collines à côté de l’eau [voir Hiswelókë, entrée arnen] ; emyn (pl. de amon « colline »), ar (#dérivé du dor ar – « en-dehors, à côté ») + nen (« eau »)
  • Emyn Beraid – collines des tours ; emyn (pl. de amon « colline »), beraid (pl. de barad « tour »). #Une autre interprétation possible serait « collines de tours ».
  • Emyn Duir – montagnes sombres ; emyn (pl. de amon « colline »), duir (pl. de dûr « sombre »). Selon David Salo : dh et mh étaient susceptible de redonner d et m lorsqu’ils venaient à suivre une nasale après la syncope. »40)
  • Emyn Eglain – montagnes des elfes abandonnés ; emyn (pl. de amon « colline ») + eglain (pl. de eglan « personne abandonnée »)
  • Emyn Muil – collines mornes ; emyn (pl. de amon « colline »), muil (dor. « crépuscule, ombre, imprécision »)
  • Emyn-nu-Fuin – montagnes sous l’ombre ; emyn (pl. de amon « colline ») + nu (« sous ») + fuin (« nuit close, obscurité, ténèbres)
  • Enedwaith – région / peuple du milieu ; enedh (« milieu, centre ») + gwaith (« peuple, gens, région »)
  • Ennorath – terres médianes, Terre du Milieu ; en(ed) (« centre ») + (n-)dor (« région, habitation ») + ath (suffixe de pluriel de classe)
  • Ephel Dúath – barrière d’ombre ; ephel (« barrière extérieure, barrière encerclante ») < ed (« extérieur ») + pel (« champ clôturé »), (« crépuscule, sombreur ») + gwath (« ombre »)
  • Erchamion – manchot ; er (de ereb « un, seul ») + cam(b) (« main ») + ion (#terminaison de nom propre masculin).
  • Erebor – montagne solitaire ; ereb (« isolé, solitaire ») + or (de orod « montagne »)
  • Ered Gorgoroth – montagnes de la terreur ; ered (pl. de orod « montagne »), gor (« horreur extrême », avec duplication de la première syllabe de goroth) + (n-)goroth (« horreur »)
  • Ered Lemrin – montagnes de l’écho (sindarin pur pour Ered Lómin) ; ered (pl. de orod « montagne ») + glemrin (pl. de glamren « échoïque, faisant écho »)
  • Ered Lithui – montagnes cendrées ; ered (pl. de orod « montagne »), lith (« cendre, sable, poussière ») + ui (suffixe adjectival)
  • Ered Lómin– montagnes de l’écho ; ered (pl. de orod « montagne »), lómin (pl. du dor. lómen « faisant écho »)
  • Ered Luin – montagnes bleues ; ered (pl. de orod « montagne »), luin (pl. de lûn, lhûn « bleu »)
  • Ered Mithrin – montagnes grises ; ered (pl. de orod « montagne »), mithrin (pl. de mithren « gris ») #Le m résiste parfois à la lénition lorsque celle-ci crée un risque de confusion.
  • Ered Nimrais – montagnes des cornes blanches ; ered (pl. de orod « montagne »), nimp (« blanc ») + rais (pl. de ras « corne »). La forme originelle de ras serait probablement rass en sindarin du Troisième Âge, le -s final tombant dans les mots composés [HKF].
  • Ered Wethrin – montagnes ombreuses ; ered (pl. de orod « montagne »), gwethrin (pl. de gwathren « ombreux, obscur »)
  • Ereinion – descendant de rois (Gil-galad) ; erein (sind. arch. pl. de aran « roi ») + iôn (« fils »)
  • Eregion – terre des houx ; ereg (« houx ») + ion (#-ond est un suffixe habituellement employé pour les noms de régions et de pays41)) #Ce suffixe pourrait être réinterprété ou pourrait avoir fusionné avec le dor. –ion, suffixe génitif pluriel, comme dans le dor. Region.
  • Eruchîn - #Enfants d’Eru ; Eru (Dieu) + hîn (pl. de hên « enfant »)
  • Eryn Galen – forêt verte ; eryn (« bois »), calen (« vert »)
  • Eryn Lasgalen – bois des feuilles vertes ; eryn (« bois »), lass (« feuille ») + calen (« vert »)
  • Eryn Vorn – bois sombre ; eryn (« bois »), morn (« noir, sombre »)
  • Esgalduin - rivière masquée ; esgal (« voiler, masquer, couvrir ») + duin (« rivière »)
  • Esgaliant – pont sur la rivière masquée ; esgal (« voiler, masquer, couvrir ») + iant (« pont »)
  • Esgaroth – lac des roseaux ; esgar (« roselière ») + #(h)oth (#suffixe pluriel collectif)
  • Ethir Anduin – bouches de la grande rivière (Anduin); [Hiswelókë] ed (« dehors, en-dehors ») + sîr (« flux, rivière »), and (« long ») + duin (longue et large rivière). Selon David Salo : « dh et mh étaient susceptible de redonner d et m lorsqu’ils venaient à suivre une nasale après la syncope. »42)

F

  • Faenor – esprit du feu (sindarin pur équivalent au nom moitié sind. moitié q. Fëanor) ; faer (« esprit ») + naur (« feu »). Forme sindarine du q. Fëanáro43).
  • Falathrim – peuple du rivage ; falas (« plage, côte, rivage ») + rim (suffixe pluriel collectif)
  • Fangorn – sylvebarbe ; fang (« barbe ») + orn (« arbre »)
  • Fanuidhol – tête nuageuse ; fân (« nuage ») + ui (suffixe adjectival) + (n-)dôl (« tête, pic ») #La lénition de l’élément final semble être très étrange, mais ce radical pourrait avoir été réinterprété en DOL-.
  • Faradrim – chasseurs ; farad (gér. de fara- « chasser ») + rim (suffixe pluriel collectif)
  • Felagund – seigneur des cavernes ; fela (« caverne ») + cund (« prince ») [Étym. KUNDŪ-, PHÉLEG-] En PM, p. 352, ce nom est dit être d’origine nanesque, dérivant de felakgundu, felaggundu (creuseur de caverne), eldarisé en Felagon ; cette explication a été intégrée à l’Index du Silmarillion.
  • Fen Hollen – porte close ; fen (« porte »), [Hiswelókë] hollen, sollen ? (part. pas. de hol- ou sol- « fermer, clôre »)
  • Finarfin – ce nom n’a probablement pas de signification en sindarin, et est construit d’une manière similaire à Fingolfin ; fin (abréviation de Finwë – le nom de son père) + ar (préfixe « noble, royal ») + fin (abréviation de Arafinwë – son nom quenya)
  • Finglas – chevelure-feuille ; fînd (« tresse ») + lass (« feuille ») #La raison de la présence du g médian n’est pas claire, il pourrait s’agir d’une survivance du « Gnomish Lexicon », où fingl signifiait « tresse », à moins que fing ne soit une variante de find.
  • Fingolfin – ce nom est dit ne pas avoir de signification en sindarin44) ; fin (abréviation de Finwë – le nom de son père) + goll ( « sage ») + fin (abréviation de Nolofinwë – son nom quenya)
  • Fingon – chevelure-cri (si ce nom est seulement interprétable) ; find (« chevelure, une tresse ») + caun (« cri perçant, clameur »45)). Nom sindarin de Findekáno 46)
  • Finrod – celui à l’éminente chevelure ; find (« chevelure ») + arod (du tel. arátoaráta « noble » + terminaison masculine o). Dans les Étym., radical RAUTĀ-, le deuxième élément est dit être rod (dérivé de raud « métal »). Équivalent sindarin du tel. Findaráto.
  • Fimbrethil – bouleau mince ; fim (« svelte, mince ») + brethil (« bouleau »). David Salo suppose que le v était probablement susceptible de redonner b après une nasale, exactement comme dh et mh47).
  • Firiath – hommes mortels ; fair (« mortel ») + ath (suffixe pluriel collectif)
  • Fíriel – une demoiselle mortelle ; fair (« mortel ») + iell (« fille, enfant » [Étym. SEL-D] terminaison traditionnelle pour les noms féminins)
  • Firieth – une femme mortelle ; fair (« mortel ») + eth (terminaison traditionnelle pour les noms féminins)
  • Firion – un homme mortel ; fair (« mortel ») + on (terminaison traditionnelle pour les noms masculins)
  • Forlindon – Terre musicale septentrionale ; forn (« droit, nord ») + lindon (ilk. « terre musicale »). L’ilkorin explique probablement la présence d’un nd intervocalique au lieu d’un nn, car les Étym. donnent aussi une forme différente, lhinnon, #plus proche du sindarin du Troisième Âge ? Fut probablement réinterprétée ultérieurement comme descendant de *lindânâ « [la terre] des Lindar » [HKF].
  • Fornost Erain – Forteresse septentrionale des rois ; forn (« droit, nord ») + ost (« forteresse, place forte »), erain (pl. de aran « roi »)
  • Forodwaith – hommes septentrionaux ; forod (« septentrional ») + gwaith (« peuple, gens »)

G

  • Galadriel – dame couronnée d’une guirlande radieuse ; galad (« lumière, radiance ») + (« couronne ») + iell (« fille » [Étym. SEL-D] terminaison traditionnelle pour les noms féminins). Équivalent sindarin du tel. Alatâriel(lë)48).
  • Galadhrim – elfes sylvains de Lórien ; galadh (« arbre ») + rim (suffixe pluriel collectif)
  • Galvorn – noir brillant ; gal (« briller ») + morn (« sombre, noir »)
  • Gaurwaith – hommes-loups ; (n-)gaur (« loups-garous ») + gwaith (« peuple, gens »)
  • Garthurian (= Doriath) – dor. « royaume clôturé » ; garth, gardh- (dor. « royaume ») + thurian ([HKF] participe passé doriathrin de THUR- « encercler, barrer, garder, dissimuler »)
  • Gildor – noble étoile ; gîl (« étoile, brillante étincelle ») + taur (« noble, roi, seigneur »). Le deuxième élément est uniquement utilisé en poésie, sous la forme –dor, que l’on trouve souvent dans les noms propres [Étym. -].
  • Gil-Estel (Eärendil) – étoile d’espoir ; gîl (« étoile, brillante étincelle ») + estel (« espoir »)
  • Gil-galad – étoile de radiance; gîl (« étoile, brillante étincelle ») + galad (« lumière, radiance »)49). Une ancienne interprétation donnait gil + calad « lumière d’étoile » [Étym. KAL-].
  • Gilthoniel – enflammeuse d’étoiles ; gîl (pl. de gîl « étoile, brillante étincelle ») + thóniel (participe actif passé de than- « enflammer, allumer ») # [HKF] Il est possible que iel soit simplement iell « fille » [Étym. SEL-D], terminaison traditionnelle pour les noms féminins.
  • Gladhwen – riante demoiselle (sindarin pur correspondant à Lalwen) ; gladh- (« rire »)50) + gwend (« fille, demoiselle »). Forme sindarine du q. Lalwendë 51).
  • Glamdring – marteau à ennemis ; glam(b) (« clameur, bruit confus, un orque ») + dring (de dringa- « frapper »)
  • Glamhoth – horde du vacarme, les orques ; glam(b) (« clameur, bruit confus, un orque ») + hoth (« foule, horde », ici utilisé comme suffixe pluriel collectif)
  • Glanduin – rivière frontalière ; gland (« frontière ») + duin (« longue et large rivière »). Selon David Salo : « dh et mh étaient susceptible de redonner d et m lorsqu’ils venaient à suivre une nasale après la syncope. »52)
  • Glanhír – rivière frontalière ; gland (« frontière ») + sîr (« rivière »)
  • Gloredhel – #elfe doré(e) ; glaur (« lumière dorée ») + edhel (« elfe »)
  • Glorfindel – #chevelure dorée ; glaur (« lumière dorée ») + fîndel (« chevelure (tressée) »). Peut-être du sindarin archaïque, ce qui expliquerait que –nd- n’ait pas donné –nn- ; Tolkien affirma que ce nom avait « échappé à un réexamen […] et [était] désormais difficile à intégrer au s[indarin] »53).
  • Gobennas – histoire ; go (préfixe « ensemble, avec ») + pent (« histoire ») + as (#suffixe abstrait collectif). #Ce suffixe dénote probablement « un ensemble complet d’éléments différents du même genre. »
  • (G)ódhellim – elfes sages, profonds (gnomes) ; g (probablement tiré de Golodh « Noldor »54)) + ódhel (« elfe profond ») + rim (suffixe pluriel collectif)
  • Goldamîr – joyau noldo (Silmaril) ; golda (dor. génitif de gold « Noldo ») + mîr (dor. « joyau, chose précieuse »)
  • Golodhrim – Elfes Noldor ; Golodh (« Noldor ») + rim (suffixe pluriel collectif)
  • Golodhvir – joyau noldo (Silmaril) ; Golodh (« Noldo ») + mîr (« joyau, chose précieuse »)
  • Gondolin – roc caché ; gond (« grande pierre, roc ») + dollen (part. pas. de doltha- « dissimuler ») ; [Étym. DUL-] – cœur du roc caché ; gond (« grande pierre, roc ») + dol (de dollen, part. pas. de doltha « dissimuler »)55).
  • Gondolindrim – peuple de Gondolin ; Gondolin + d (abréviation de la terminaison –ind originelle) + rim (suffixe pluriel collectif)
  • Gondor – terre de la pierre ; gond (« grande pierre, roc ») + (-n)dor (« terre, habitation »)
  • Gonnhirrim – seigneurs de la pierre (sindarin pour « nains ») ; gond (« pierre ») + hîr (« seigneur ») + rim (suffixe pluriel collectif)
  • Gorthaur – peur abominable ; gor (« peur, terreur ») + thaur (« abominable, détestable ») dans les Étym., radical THUS-, le dernier élément est dit être thû « puanteur », comme nom propre, le principal serviteur de Morgoth.
  • Gorthol – heaume de la terreur56) ; gor (de gorgor « terreur extrême ») + thôl (« casque, heaume »)
  • Gothmog – #peur tyrannique, oppressive » ; goth (« terreur ») + (m-)baug (« tyrannique, cruel, oppressif »). Les Étym., radical MBAW- donnent *Gothombauk- comme forme originelle.
  • Gurthang – épée de mort ; gurth (« mort ») + ang (« fer »)
  • Gwachaedir – pierre voyant tout (palantír); gwa (= go préfixe « ensemble ») + hae (« loin, éloigné ») + tirn (« observateur »). Apparaît sous la forme gwahaedir dans PM.
  • Gwaihir – seigneur du vent ; gwaew (« vent ») + hîr (« seigneur »)
  • Gwaith-i-Mírdain – peuple des joaillers ; gwaith (« peuple, gens ») + in (article génitif pluriel) + mîr (« joyau ») + tain (pl. de tan « fabriquant, favre »)
  • Gwathló – flot gris ; gwath (« pénombre, ombre, faible lumière ») + (« lac peu profond, marécage »)
  • Gwathuirim – peuple ombreux (Dunlendings) ; gwath (« pénombre, ombre, faible lumière ») + ui (suffixe adjectival) + rim (pluriel collectif)
  • Gwingloth – fleur d’écume ; gwing (« poudrin, embrun ») + loth (« fleur »). Forme sindarine du q. Wingelot, Wingelóte ; en PM, p. 370, le premier élément est dit venir du bëorien wing.
  • Gyrth i Chuinar – morts qui vivent ; gyrth (#pl. de ?? « mort ») + in (ici : pronom relatif pluriel) + cuinar (3ème pers. pl. de cuina- « être vivant »). #Donné sous la forme Gyrth i Guinar dans le Silm., ce qui est probablement une coquille.

H

  • Hadhodrond – sindarin pour Khazad-dûm ; Hadhod (adaptation de Khazad à la phonologie sindarine) + rond (« salle coiffée d’un dôme »] »57))
  • Haerast – côte éloignée ; hae (« loin, éloigné ») + #rast (« #côte »)
  • Haldir – héros caché ; hal (de haltha- « masquer ») + dîr (« homme, adulte mâle »)
  • Handir – personne intelligente ; hand (« intelligent ») + dîr (« homme, adulte mâle »)
  • Haradrim – peuple méridional ; harad (« sud ») + rim (suffixe pluriel collectif)
  • Harathrad – gué méridional ; har (de harad « sud ») + athrad (« passage de rivière, gué, voie »). #Le deuxième élément pourrait s’interpréter comme ath (préfixe « des deux côtés, à travers ») + râd (« chemin, sentier »).
  • Harlindon – Lindon méridional ; har (de harad « sud ») + lindon (ilk. « terre musicale ») L’ilkorin explique probablement la présence du nd intervocalique au lieu de nn, car les Étym. donnent aussi une autre forme, lhinnon, #plus proche du sindarin du Troisième Âge ? Fut probablement réinterprétée ultérieurement comme descendant de lindânâ « [la terre] des Lindar » [HKF].
  • Harnen – Rivière méridionale ; har (de harad « sud ») + nen (« eau, petite rivière »)
  • Haudh-en-Arwen – la tombe de la Dame ; haudh (« tumulus, tombe, tombeau ») + en (article génitif) + ar(a) (« élevé, noble, royal ») + gwend (« demoiselle, femme »)
  • Haudh-en-Elleth – repos de la damoiselle elfe ; haudh (« tumulus, tombe, tombeau ») + en (article génitif) + el (sind. eledh « elfe ») + eth (terminaison traditionnelle pour les noms féminins)
  • Haudh-en-Ndengin – tumulus de la tuerie ; haudh (« tumulus, tombe, tombeau ») + en (article génitif) + (n-)dengin (pl. de dangen « tué, tuerie ») #Nous nous attendrions plutôt à Hauth-e-Ndengin, aussi est-ce peut-être une variation dialectale de ce nom ; les Étym. le donnent sous la forme Haudh i Ndengin, qui semble plus proche du style sindarin du SdA, le deuxième élément Ndengin étant au pluriel58).
  • Haudh-en-Nirnaeth – tumulus des larmes (amères) ; haudh (« tumulus, tombe, tombeau ») + en (article génitif) + nîr (« larme, pleur ») + naeth (« malheur »)
  • Haudh in Gwanur – tumulus des frères ; haudh (« tumulus, tombe, tombeau »), in (article génitif pluriel), gwanur (pl. « frères, parents »)
  • Helevorn – verre noir ; hele (« verre ») + morn (« noir, sombre »)
  • Helluin – glace pâle, #bleue ; hel (de heleg « glace ») + luin (dor. « pâle »)
  • Henneth Annûn – fenêtre du couchant ; henneth (« fenêtre ») + annûn (« ouest, couchant »)
  • Himlad – plaine froide ; him (« froid ») + lad (« plaine, vallée »)
  • Hírilorn – arbre de la dame ; híril (« dame ») + orn (« arbre »)
  • Hithaeglir – Monts Brumeux ; hîth (« brume, brouillard ») + aeg (sind. aegas « pic montagneux ») + lîr (« rangée, ligne »)
  • Hithlain – fil de brume ; hîth (« brume, brouillard ») + lain (thread)
  • Hithliniath – étangs ombreux ; hîth (« brume, brouillard ») + lîn (« étang ») + ath (suffixe pluriel collectif)
  • Hithlum – ombre brumeuse ; hîth (« brume, brouillard ») + lum (« ombre »)
  • Húrin – cœur fort ; hûr (« vigueur, esprit ardent ») + ind (« pensée intérieure, esprit, cœur »)
  • Huor – force d’âme, courage [Étym. GOR-, KHŌ-N] ; hûr (« vigueur, esprit ardent ») + gor (dérivé du terme primitif *gore « violence, impulsion, hâte »). Ce nom est un emprunt du sindarin à la langue des Edain59).

I

  • Iant Iaur – vieux pont ; iant (« pont »), iaur (« vieux »)
  • Iarwain – le plus vieux ; iaur (« vieux ») + wain (adj. suffixe superlatif) #La signification du dernier élément n’est pas entièrement claire.
  • Id(h)ril – #brillance intérieure ; ind (« pensée intérieure, esprit, cœur ») + rill (« brillance »). Forme sindarine du q. Itarillë (Itarildë), mais aucun des radicaux quenyarins que contient ce mot n’existaient en sindarin60).
  • Imlad Morgul – vallée de magie noire ; im (« entre, dans ») + lad (« plaine, vallée »), morn (« sombre, noire ») + (n-)gûl (« magie, nécromancie »). Tolkien explique en L, p. 427 : « le groupe triconsonantique (rng) étant réduit en rg ».
  • Imladris – faille du val profond ; im (« entre, dans ») + lad (« plaine, vallée ») + ris (« un ravin »). La forme originelle de ris est probablement riss, le -s final tombant dans les mots composés [HKF].
  • Imloth Melui – douce vallée fleurie ; im (« entre, dans ») + loth (« une tête de petites fleurs »), mel (« cher, aimé ») + ui (suffixe adjectival). #Le m résiste parfois à la lénition lorsque celle-ci risque de créer une confusion.
  • Inglor – cœur doré ; in(d) (« cœur, signification, pensée intérieure ») + glaur (« doré ») [Étym. ID-]
  • Inglorion – fils d’Inglor ; in(d) (« cœur, signification, pensée intérieure ») + glaur (« doré ») [Étym. ID-] + iôn (« fils »)
  • Ínias – annales ; în (« année ») + as (suffixe abstrait collectif). #Ce suffixe dénote probablement « un ensemble complet d’éléments différents du même type. »
  • Iorhael – vieux-sage (Frodo) ; iaur (« ancien, vieux ») + sael (« sage »)
  • Ithilien – terre de la Lune ; Ithil (« lune ») + end (suffixe fréquemment utilisé dans les noms de régions ou de pays61))
  • Ithildin – étoile-lune (métal) ; Ithil (« lune ») + tinu, tint (« étincelle, petite étoile »)
  • Ithryn Luin – les mages bleus, istari ; ithryn (pl. de ithron « mage, magicien »), luin (pl. de lûn « bleu »)

L

  • Labadal – cloche-pied (angl. hopafoot, litt. « saute d’un pied ») ; laba (de laba- « sauter ») + tâl (« pied »)
  • Lachen(n) – œil de flamme (Noldo) ; lach (« flamme ») + hend (« œil »)
  • Laegel – elfe vert ; laeg (« frais et vert ») + el (dérivé du radical éled- « peuple des étoiles, elfes »)
  • Legolas – feuilles vertes ; leg (forme nandorine de laeg « vert ») + golas (« collection de feuilles, feuillage ») < gwa (« ensemble ») + lass (« feuille »)62)
  • Laegrim (Laegel(d)rim) – elfes verts ; laeg (« frais et vert ») + rim (suffixe pluriel collectif)
  • Laer Cú Beleg – chant du grand arc ; laer (« chant, chanson »), (« arc »), beleg (« grand, puissant ») #L’absence de lénition dans beleg pourrait s’expliquer par des différences dialectales ou par le jeu de mot « Grand Arc » « Arc de Beleg ».
  • Lamthanc – langue fourchue ; lam(b) (« langue ») + thanc (« fendu, fourchu »)
  • Landroval – large aile ; land (« vaste, large ») + roval (« grande aile »)
  • L(h)athleg – oreilles aiguisées ; l(h)ath (radical « écouter ») + laeg (« aigu, pointu »). La forme sindarine du Troisième Âge serait probablement Lathleg [HKF].
  • Lebennin – cinq rivières ; leben (« cinq ») + nîn (pl. de nen « petite rivière »)
  • Lembas – pain de route ; lend (« voyage ») + (m-)bass (« pain »)
  • Levain tad-dail – animaux bipèdes ; levain (pl. de lavan « animal, bête quadrupède »), tad (« deux ») + tail (pl. de tal « pied »)
  • Linaewen – marais des oiseaux ; lin (« étang, marais ») + aew (« oiseau ») + en (suffixe adjectival)
  • Lithlad – plaine de cendre ;lith (« cendre, sable, poussière ») + lad (« plaine, vallée »)
  • Loeg Ningloron – étangs des fleurs aquatiques dorées (Champs d’Iris) ; loeg (« étang »), nîn (pl. de nen « eau ») + glaur (« doré ») + on (#suffixe nandorin, comme dans Galadhon.
  • Loméndor – terre de l’écho ; lomén (dor. « faisant écho ») + (-n)dor (« terre, habitation »)
  • Lóminorthin – montagnes de l’écho (doriathrin pur pour Ered Lómin) ; lómin (pl. du dor. lómen « faisant écho ») + orthin (pl. du dor. orth « montagne »)
  • Lond Daer – grand havre ; lond (« entrée de port, havre entouré de terres »), daer (« grand »). #Dh était susceptible de redonner d par assimilation avec le d précédent.
  • Lonnath Ernin – havres royaux ; lond (« havre ») + ath (suffixe pluriel collectif), ernin (pl. de arnen « royal »). Concernant des interprétations possibles, voir l’entrée arnen du dictionnaire d’Hiswelókë.
  • Lórindol (Hador) – tête dorée ; (g-)lor (de glaur, abrégé dans les polysyllabes [Étym. GLAW(-R-)] « or ») + in (#dor. suffixe génitif) + (n-)dôl (« tête »)
  • Lossoth – hommes des neiges ; loss (« neige ») + #(h)oth (suffixe pluriel collectif). Selon HKF, ss était préservé en position intervocalique.

M

  • Mablost – main vide (Beren) ; mab (dor. « main ») + lost (dor. « vide »)
  • Mablung – main lourde ; mab (dor. « main ») + lung (dor. « lourd »)
  • Maed(h)ros – combinaison sindarisée des q. Maitimo (« bien formé ») et Russandol (« sommet roux ») ; maed (« bien fait, joli ») + ross (« cuivré »)63) ; les Étym., aux radicaux MAD- et RUS- donnent la traduction « scintillement pâle » ; maedh (« pâle, ambré, fauve ») + ross (« éclat, scintillement de métal »)
  • Maeglin – regard perçant ; maeg (« aigu, perçant, pénétrant ») + glîn (« lueur, éclat [des yeux] »)
  • Malduin – rivière dorée ; mall ([Étym. SMAL-] malt « or ») + duin (« longue et large rivière »). Selon David Salo : « dh et mh étaient susceptible de redonner d et m lorsqu’ils venaient à suivre une nasale après la syncope. »64)
  • Mallorn – arbre doré ; mall (« doré, d’or ») + orn (« arbre »)
  • Mallos – blanc-doré (fleur, plante) ; mall ([Étym. SMAL-] malt « or ») + loss (« neige »). Le –s final de loss tombe à la fin d’un mot polysyllabique [HKF].
  • Menegroth – mille cavernes ; meneg (#probablement « mille ») + groth (« large habitation souterraine »)
  • Menelrond – dôme céleste ; menel (« ciel, hauts cieux ») + rond (« voûte en dôme »)65)
  • Men-i-naugrim – voie des nains ; men (« voie, route ») + in (article génitif pluriel) + naug (« un nain ») + rim (suffixe pluriel de classe)
  • Merethrond – grande salle des festins ; [HKF] mereth (« fête ») + rond (« salle coiffée d’un dôme »). Le nd ne donne pas nn > n à la fin des monosyllabes pleinement accentuées, comme thond66).
  • Methed-en-Glad – fin du bois ; methed (« fin ») + en (article génitif singulier) + glad (« bois »)
  • Methedras – dernier pic ; methed (« fin ») + ras (« corne, pic montagneux »). La forme originelle de ras serait probablement rass en sindarin du Troisième Âge, le s final tombant dans les mots composés [HKF].
  • Minas Anor – la tour du soleil ; minas (« tour, fort »), Anor (« le soleil »)
  • Minas Ithil – la tour de la lune ; minas (« tour, fort »), Ithil (« la lune »)
  • Minas Morgul – tour de magie noire ; minas (« tour, fort »), morn (« sombre, noir ») + (n-)gûl (« magie, nécromancie »). Concernant la lénition à l’intérieur du deuxième mot, Tolkien explique en L, p. 427 : « le groupe triconsonantique (rng) étant réduit en rg ».
  • Minas Tirith – tour de garde ; minas (« tour, fort »), tirith (« observation, garde, vigilance »)
  • Mindolluin – colline pâle, #bleue ; mindon (« colline isolée ») + luin (#dor. « pâle, #bleu »)
  • Minhiriath – entre les rivières ; min (préfixe « entre ») + sîr (« rivière ») + ath (suffixe pluriel de classe)
  • Mîr in Geleidh – joyau des Noldor ; mîr (« joyau, chose précieuse ») + in (article génitif pluriel) + Geleidh (pl. de (n-)Golodh « Noldo »). #En sindarin du Troisième Âge, il aurait probablement donné Mîr in Gelydh.
  • Mirion – grand joyau (Silmaril) ; mîr (« joyau, chose précieuse ») + on (#suffixe augmentatif)
  • Mitheithel – fontgrise ; mith (« gris ») + eithel (« source, puit »)
  • Mithlond – Havres Gris ; mith (« gris ») + lond (« entrée de port, havre entouré de terres »)
  • Mithrandir – errant gris ; mith (« gris ») + ran (« errer, s’égarer ») + dîr (man, adult male)
  • Mithril – métal semblable à l’argent ; mith (« gris ») + rill (« brillance »)
  • Mithrim – elfes gris ; mith (« gris ») + rim (suffixe pluriel collectif)
  • Mithrim – #froid lac gris ; mith (« gris ») + rimb (« lac ou étang froid »)
  • Morannon – porte noire ; mor (dérivé du radical mor « sombre, noir ») + annon (« grande porte, portail »)
  • Morben – une personne sombre ; morn (« sombre ») + pen (« quelqu’un, quiconque »). Dit être « de forme » apparentée au q. Moriquendi ; le premier élément pourrait être mora-, d’après kala- dans Kalaquendi67).
  • Morchant – ombre ; morn (« sombre ») + cant (« forme »). #Le deuxième élément semble avoir subi une mutation liquide (mutation spirante interne).
  • Mordor – terre noire ; morn (« sombre, noir ») + (n-)dor (« terre, endroit d’habitation »)
  • Morgai – barrière noire ; morn (« sombre, noir ») + cai (= cail « barrière »)
  • Morgoth – sombre ennemi ; morn (« sombre, noir ») + coth (« ennemi »)
  • Morgulduin – rivière de magie noire ; morn (« sombre, noir ») + (n-)gûl (« magie, nécromancie ») + duin (« longue et large rivière »)
  • Moria – gouffre noir ; mor (dérivé du radical mor « sombre, noir ») + (« abîme, vide »)
  • Mormegil – épée noire ; morn (« sombre, noir ») + megil (« épée »)
  • Mornedhel – elfe sombre ; morn (« sombre, noir ») + edhel (« elfe »)
  • Morthond – racine noire ; morn (« sombre, noir ») + thond (« racine ») Le nd ne donne pas nn > n à la fin des monosyllabes pleinement accentuées, comme thond68).
  • Morwen – sombre dame ; mor (radical mor « sombre, noir ») + gwend (« femme, demoiselle »), dérivé du radical WEN- des « Étymologies », puisque ce terme ne présente pas de –d, même dans son orthographe archaïque, il contient probablement un dérivé du radical WEN- et non de WENED-, et le dernier élément est l’ilk. gwen « fille ».

N

  • Nan Dongoroth – vallée de l’horrible mort ; nan (« val, prairie »), don (« bistre, basané ») + goroth (« mort ») ; dor. Dungorthindunn (dor. « noir ») + (n-)gorthin (dor. « horrible ») ; dor. Dungortheb - dunn (dor. « noir ») + ngorth (dor. « horreur ») + eb (suffixe adjectival) ; suffixe « -dans » dans Dungorthin. Ardalambion l’interprète comme une terminaison plurielle doriathrine.
  • Nanduhirion – vallée des rigoles sombres ;nan (« val, prairie ») + (« crépuscule, sombreur ») + sîr (« rivière ») + ion (suffixe génitif pluriel)
  • Nan Tathren – val des saules ; nan (« val, prairie »), tathar (« saule ») + en (suffixe adjectival). #L’absence de lénition pourrait probablement s’expliquer par des différences dialectales.
  • Nardol – tête ardente ; naur (« feu ») + (n-)dôl (« tête »). #Le premier élément, naur, donne habituellement nor dans les composés ; le même changement vocalique se voit dans Iarwain < iaur + wain.
  • Nargothrond – forteresse du Narog ; Narog (nom de rivière) + ost (« forteresse ») + rond (« salle coiffée d’un dôme)
  • Narn-i-Chîn Húrin – conte des enfants de Húrin;narn (« conte ») + in (article génitif pluriel) + hîn (pl. de hên « enfant »), hûr (« vigueur, esprit ardent ») + ind (« pensée intérieur, cœur »). Christopher Tolkien indique qu’il avait « changé à tort » ce nom en Narn-i-Hîn Húrin dans les CLI69).
  • Nauglamîr – le collier des Nains ; naugla ([HKF] génitif doriathrin de naugol « nain ») + mîr (« joyau, chose précieuse »)
  • Nen Girith – eau frémissante (eau de l’horreur) ; nen (« eau »), girith (« frémissant, horreur »)
  • Nen Hithoel – eau de la brume froide ; nen (« eau »), hîth (« gris ») + oel (« froid »). Selon Fauskanger, Tolkien réinterpréta oel, qui signifiait initialement « lac », lorsqu’il décida que le ai primitif donnait ae et non oe ; #[HKF] « [hithoel] semble montrer que les mots débutants par h peuvent résister à la lénition. »
  • Nen Lalaith – eau du rire ; nen (« eau »), lalaith (« rire »)
  • Nenuial – lac (eau) du crépuscule ; nen (« eau »), + uial (« crépuscule »)
  • Nevrast – côte citérieure ; #nev (« #citérieur, proche ») + #rast (« #rivage »). La forme ultérieure de Nivrost70).
  • Nimloth – fleur blanche ; nimp (« pâle, blanc ») + loth (« une tête de petites fleurs »)
  • Nindalf – terre humide ; nîn (« mouillé, humide ») + talf (« champ plat, terre »)
  • Níniel – éploré(e) ; nîn (« larme ») + iell (« fille » [Étym.] SEL-D terminaison traditionnelle pour des noms féminins).
  • Nîn-in-Eilph – eaux des cygnes ; nîn (pl. de nen « eau ») + in (article génitif pluriel) + eilph (pl. de alph « cygne »)
  • Nírnaeth Arnoediad – larmes innombrables ; nírnaeth (« lamentation ») < nîr (« larme ») + naeth (« malheur »), ar- (préf. « sans ») + noediad (gér. de noedia-, nedia- « compter »)
  • Nivrim – marche de l’Ouest ; niv (du dor. nivon « Ouest ») + rim (dor. « arête, ourlet, bordure »)
  • Nivrost – vallons de l’Ouest ; niv (du dor. nivon « Ouest ») + rost (dor. « plaine, vaste terre entre des montagnes ») ; ancienne forme de Nevrast « côte citérieure »71).
  • Nogrod – demeure des nains ; naug (« nain ») + grod (« excavation, habitation souterraine »). Substitution tardive pour Novrod (habitation souterraine creuse) < nov (v. sind. « creux ») + grod (« excavation, habitation souterraine »), qui « conserve l’ancien ordre eldarin, avec l’élément adjectival en premier »72).
  • Nos Finrod – maison de Finrod ; noss (« maison, famille ») + Finrod (voir Finrod ci-dessus). La consonne double de noss pourrait être raccourcie puisqu’il s’agit d’un mot à l’état construit [HKF].
  • Núrnen – eau triste ; #nûr (« triste ») + nen (« eau ») #[Hiswelókë] – la signification du premier élément est « hautement hypothétique »

O

  • Onodló – entalluve ; onod (« ent ») + (« lac peu profond, marécage »)
  • Orodruin – montagne du feu ardent ; orod (« montagne ») + ruin (« rouge feu »)
  • Orc(h)rist – fendoir à orque ; orch (« orque ») + rist (de risto « fendre »). Le radical du dernier élément fusionna avec le radical kris-, de signification similaire [S, p. 440].
  • Orfalch Echor – « #vallée encerclante, allant vers le haut » ; or (préfixe « au-dessus, sur ») + falch (« faille profonde, ravin »), echor (« encerclant »)
  • Orthanc – hauteur fourchue ; or (du radical oro- « vers le haut, s’élever, haut ») + thanc (« fendu, fourchu »)
  • Osgiliath – cité, forteresse des étoiles ; ost (« forteresse ») + gîl (« étoile, brillante étincelle ») + ath (suffixe pluriel collectif)
  • Ossiriand – terre des sept rivières ; od (de odog, q. otso « sept ») + sîr (« rivière ») + and (suffixe fréquemment utilisé pour les noms de régions et de pays73))
  • Ost-in-Edhil – cité, forteresse des elfes ; ost (« forteresse, cité entourée de remparts ») + in (article génitif pluriel) + edhil (pl. de edhel « elfe »)

P

  • Panthael – pleinement sage ; pant (« plein ») + sael (« sage »)
  • Parth Galen – pelouse verte ; parth (« prairie ou champ enclos »74)), calen (« vert »)
  • Pelargir – port des navires royaux ; pel (du radical pel- « aller autour, tourner ») + ar(a) (« royal, noble ») + cîr (pl. de cair « navire »)
  • Pelennor – terre intérieure enclose ; pel (du radical pel- « aller autour, tourner ») + end (de enedh « milieu »)+ (n-)dor (« terre, habitation »)
  • Pen-adar – sans père ; pen (« sans, manquant ») + adar (« père »)
  • Peredhel – demi-elfe ; per (radical de perin « diviser, couper en deux ») + edhel (« elfe »)
  • Pinnath Gelin – arêtes vertes ; pinnath (pluriel collectif de ? [Hiswelókë]), celin (pl. de calen « vert »)

R

  • Radhrim – marche de l’Est ; [HKF] radh (dor. radhon « Est ») + rim (dor. « arête, ourlet, bordure »)
  • Ramdal – fin du mur ; ram(b) (« mur ») + tâl (« pied », ici : « fin »)
  • Rammas Echor – grand mur circulaire ; ram(b) (« mur ») + as (#suffixe abstrait collectif), echor (« cercle, anneau extérieur ») < ed (préfixe « en avant, dehors ») + côr > caur (« rond, englobé »). #Ce suffixe dénote probablement « un ensemble complet d’exemplaire différents du même genre », plutôt qu’un simple pluriel.
  • Ras Arphain – haut pic enneigé ; ras (« corne, pic montagneux »), ar(a) (ici : « haut ») + phain (« blanc ») #Le deuxième élément est une orthographe alternative de fain.
  • Rath Dínen – rue silencieuse ; rath (« passage montant, rue »), dínen (« silencieux »). En WJ, on trouve la forme Rath Dhínen, avec la lénition régulière.
  • Rath Celerdain – rue des lanterniers ; rath (« rue »), celerdain (pl. de calardan « lanternier » < calar (« lampe ») + tan (« fabricant, favre »)
  • Rauros – écume rugissante ; rau (« lion ») + ros (« écume, pluie ») ; la forme originelle de ros était probablemen ross, le -s final tombant dans les mots polysyllabiques [HKF].
  • Region – région du houx ; [HKF] reg (dor.regorn « houx ») + ion (suffixe génitif pluriel doriathrin) = dor. Regornion [Étym. ERÉK-]
  • Rhudaur – forêt orientale ; rhu (de rhûn « Est, oriental ») + taur (« forêt »)
  • Rían – couronne-don ; (« couronne ») + an (de anna- « donner »)
  • Ringló – eau froide ; ring (« froid ») + (« lac peu profond, marécage »)
  • Rohan (sind. arch. Rochand 75)) – pays des chevaux ; roh (de roch « cheval ») + and (suffixe fréquemment utilisé pour les noms de régions et de pays76))
  • Rohír – seigneurs des chevaux ; roh (de roch « cheval ») + hîr (pl. de hîr « seigneur »)

S

  • Sammath Naur – chambres du feu ; sam(b) (« chambre, pièce ») + ath (suffixe pluriel collectif), naur (« feu »)
  • Sarch nia Hîn Húrin – tombeau des enfants de Húrin ; sarch (« tombeau »), nia (article génitif pluriel de la période antérieure au SdA, plus tard changé en in 77)), hîn (pl. de hên « enfant »), hûr (« vigueur, esprit ardent ») + ind (« pensée intérieure, cœur »)
  • Sarn Athrad – gué des pierres ; sarn (« pierre, comme matériau »), athrad (gérondif de athra- « passage de rivière, gué, voie ») ; #le deuxième élément pourrait s’interpréter comme étant ath (préfixe « des deux côtés, à travers ») + râd (« chemin, sentier »).
  • Sarn Gebir – pointes de pierre ; sarn (« pierre, comme matériau »), cebir (pl. de ceber « pieu, pique »)
  • Seregon – sang de pierre ; sereg (« sang ») + gond (« grande pierre, roc »)
  • Sirannon – torrent du portail ; sîr (« rivière ») + annon (« grande porte ou portail »)
  • Sirion – la grande rivière ; sîr (« rivière ») + on (suffixe augmentatif). #Une autre interprétation possible serait « la terre des eaux », où –ion serait un suffixe génitif pluriel archaïque.
  • Sirannon – rivière de la porte ; sîr (« rivière ») + annon (« grande porte ou portail »)
  • Sîr Ninglor – rivière aux iris (eau-dorée) ; sîr (« rivière »), nîn (pl. de nen « eau ») + glaur (« or ») ; la raison pour laquelle le deuxième élément de Ninglor n’est pas lénifié n’est pas claire. David Salo affirme que gh pourrait probablement redonner g devant une nasale, avant qu’il ne disparaisse78).

T

  • Talath Dirnen – plaine gardée ; talath (« surface plane, plaine »), tirnen (part. pas. de tir- « observer, garder, fixer, regarder »)
  • Talath Rhúnen – plaine orientale ; talath (« surface plane, plaine »), rhúnen (« oriental »). L’absence de lénition montre probablement que rh pouvait parfois résister à la lénition, fonctionnant de la même manière que r, cf. Amrûn [HKF].
  • Taur-e-Ndaedelos – forêt de la grande (ombre de) peur (Mirkwood) ; taur (« grand bois, forêt ») + en (article génitif singulier) + #daer (« grand ») ou #dae (« ombre ») + delos (« aversion, exécration, détestation ») [Étym. DYEL-] probablement del (« peur ») + gos, goth (#gost ? « terreur ») ; #on ne trouve pas dae dans les Étym., mais le radical est probablement NDAY.
  • Taur-en-Faroth – forêt du chasseur, des chasseurs ; taur (« grand bois, forêt ») + en (article génitif pluriel) + faroth (« chasseur, chasseurs ? [Hiswelókë]). Dans Faroth, le dernier élément pourrait être le suffixe –(h)oth, que l’on trouve également dans Lossoth, Esgaroth et Lammoth.
  • Taur-im-Duinath – forêt entre les rivières ; taur (« grand bois, forêt ») + im (préfixe « entre ») + duin (« longue et large rivière ») + ath (suffixe pluriel collectif)
  • Taur-nu-Fuin – forêt sous la nuit (Mirkwood) ; taur (« grand bois, forêt ») + nu (« sous ») + fuin (« nuit, obscurité, ténèbres »)
  • Tauros – terreur de la forêt (Oromë) [Étym. TÁWAR-] ; taur (« grand bois, forêt ») + goss (« terreur, peur ») ; en PM, p. 358, le nom sind. d’Oromë est dit être (Aran) Tauron – le (roi) forestier < aran (« roi »), taur (« grand bois, forêt ») + on (terminaison traditionnelle de noms masculins)
  • Tawar-in-Drúedain – forêt des hommes sauvages ; tawar (« grand bois, forêt ») + in (article gén. pl.) + drú (adaptation sind. du mot indigène drughu) + edain (pl. de adan « homme »)
  • Tawarwaith – peuple de la forêt ; tawar (« grand bois, forêt ») + gwaith (« peuple »)
  • Tegilbor – main de la plume ; tegil (q. tekil « plume » sindarisé) + paur (« une main serrée comme pour utiliser un ustensile ou un outil d’artisan »)79)
  • Thangorodrim – montagnes de la terreur ; thang (« compulsion, oppression ») + orod (« montagne ») + rim (suffixe pluriel de classe)
  • Tharbad – croisement ; thar (préfixe « à travers ») + pad (« voie »)
  • Thargelion – traversée du Gelion ; thar (préfixe « à travers ») + Gelion (nom de rivière)
  • Thingol – manteau gris ; thind (sind. dor. « gris, pâle ») + coll (« manteau, habit ») ; forme sind. du q. Sindikollo ; le deuxième élément fut réinterprété à partir de l’ancien gôl (« sage ») [Étym. THIN-]
  • Thorondor – seigneur aigle ; thoron (« aigle ») + taur (« roi »)
  • Thorongil – aigle de l’étoile ; thoron (« aigle ») + gîl (« étoile, étincelle brillante »)
  • Tinnúviel – fille du crépuscule ; [Étym. TIN-] tindumh (sind. arch. « crépuscule ») + iell (« fille, enfant » [Étym. SEL-D] terminaison traditionnelle des noms féminins [Étym.]) ; sind. arch. Tindômiselde, q. Tindómerel.
  • Tindobel – village, ville crépusculaire ; tindu (sind. arch. « crépuscule ») + gobel (« village, ville »). #Le nd ne devient pas nn à l’intérieur du morphème, puisqu’il s’agit d’un nom archaïque.
  • Tol Brandir – #haute île ; toll (« île »), brand (« élevé, noble, fin ») + dîr (suffixe traditionnel pour les noms propres [Étym. DER- ]). La consonne doublée de toll pourrait être raccourcie puisqu’il s’agit d’un mot à l’état construit [HKF]. #Le deuxième élément semble être un nom (« homme noble, élevé » ?) en position adjectival, et cela pourrait expliquer l’absence de mutation.
  • Tol-ereb – île solitaire (Tol-Eressëa) ;toll (« île ») + ereb (« isolé, solitaire »)
  • Tol Galen – île verte ; toll (« île ») + calen (« vert »)
  • Tol-in-Gaurhoth – île des loups-garous ; toll (« île ») + in (article génitif pluriel) + gaur (« loup-garou ») + hoth (suffixe pluriel de classe) #[HKF]. Avec des terminaisons plurielles collective en –hoth, l’article peut aussi être au singulier, cf. Naur dan i ngaurhoth.
  • Tolfalas – île côtière ; toll (« île ») + falas (« côte, plage, rivage »)
  • Tol(l)ondren – île de pierre ; toll (« île ») + gond (« pierre ») + ren (suffixe adjectival)
  • Torath – rois ; taur (« roi légitime d’une tribu ») + ath (suffixe pluriel collectif)
  • Tumladen – #vallée ouverte ; tum (« vallée profonde ») + laden (« dégagé, ouvert, large »)
  • Túramarth – maître du destin ; tûr (« maîtrise, victoire ») + amarth (« destinée, destin »)
  • Turgon – maître-cri (s’il est même interprétable80)) ; tûr (« maîtrise, victoire ») + caun (« exclamation, clameur »81)). Nom sindarin de Turukáno.
  • Túrin – #cœur victorieux ; tûr (« maîtrise, victoire ») + ind (« pensée intérieure, cœur, esprit »)
  • Tyrn Gorthad – Hauts des Galgals ; tyrn (n. pl. « hauts » [HKF]) + gorth (« mort ») + sad (« endroit »)

U

  • Uilos – neige toujours blanche ; #ui (radical de uireb « éternel ») + loss (« neige »). Le s final de loss tombe à la fin d’un mot polysyllabique [HKF].
  • Uldor – #roi hideux ; ul (radical « hideux, horrible ») + #taur (« roi »)
  • Ulfang – #barbe hideuse ; ul (radical « hideux, horrible ») + fang (« barbe »)
  • Ulfast – #chevelure hideuse ; ul (radical « hideux, horrible ») + #fast (« chevelure hirsute »)
  • Ulwarth – #traître hideux ; (radical « hideux, horrible ») + gwarth (« traître »)
  • Umboth Muilin – étang secret ; umboth (dor. « large étang ») + muilin (dor. « secret, voilé »)

Voir aussi sur Tolkiendil

1) , 9) , 48) , 49) PM, p. 347
2) , 57) WJ, p. 414
3) , 15) , 40) , 42) , 47) , 52) , 64) , 78) Message 19.31 de TolkLang
4) , 19) , 66) , 68) SdA, App. E
5) WJ, p. 148
6) Guide, p. 10
7) PM, p. 321
8) S, p. 440
10) , 17) , 18) , 21) , 41) , 61) , 73) , 75) , 76) UT, p. 412
11) L, p. 426
12) , 16) PM, p. 358
13) Version originale : « Arnor was retained to avoid Ardor and was later explained as the blending of Quenya “Arnanóre” with S arn(a)dor>ardor. » L, p. 428
14) , 60) PM, p. 346
20) WJ, p. 362, 376
22) UT, p. 333
23) UT, p. 347
24) , 79) PM, p. 318
25) Version originale : « a complete set of different things of one kind »
26) Version originale : « genitival sequences with possessor or qualifier second in the later period became fixed compounds, as Dóriath » WJ, p. 370
27) , 31) , 33) , 34) , 35) , 36) , 37) , 38) WJ, p. 363
28) N.d.T. : plus exactement « terre des Egladhrim, terre des abandonnés ».
29) WJ, p. 365
30) MR, p. 387
32) , 54) WJ, p. 364
39) PM, p. 349
43) , 51) PM, p. 343
44) , 80) PM, p. 344
45) , 81) PM, p. 362
46) PM, p. 345
50) PM, p. 359
53) PM, p. 379
55) S, p. 143
56) Guide, p. 172
58) N.d.T. : depuis la parution du PE 17, on connait les variantes Hauð i nenghin (que Roman Rausch estime être du sindarin occidental, le dialecte qui donna naissance au sindarin standard des âges suivants, voir « Le dialecte mithrimin du sindarin »), Hôð indencin (certainement du mithrimin, le sindarin septentrional), et Hôđ i ndechina, qui pourrait être du sindarin de Doriath, au vu de la terminaison génitive -a ; cf. PE 17, p. 133.
59) PM, p. 364
62) L, p. 282
63) PM, p. 366
65) PM, p. 376
67) WJ, p. 362
69) LRW, p. 355
70) , 71) S, p. 414
72) WJ, p. 389, 414
74) UT, p. 337
77) WJ, p. 160
 
langues/langues_elfiques/sindarin/noms_composes_sindarins.txt · Dernière modification: 29/08/2013 09:26 par Elendil
Partager sur
Nous suivre sur
https://www.facebook.com/Tolkiendil https://www.twitter.com/TolkiendilFR https://plus.google.com/+Tolkiendil http://www.youtube.com/user/AssoTolkiendil
Tolkiendil - http://www.tolkiendil.com - Tous droits réservés © 1996-2017