Chapitre 18 : La Ruine du Beleriand et la Chute de Fingolfin

par Julien Mansencal

Titre originalOf the Ruin of Beleriand and the Fall of Fingolfin
Période couverte455 - 463 1A
Lieux tout le Beleriand, particulièrement Angband et Barad Eithel

Les Noldor vivaient alors heureux en Beleriand, au point d'oublier presque la menace que Morgoth faisait peser sur eux. L'un des rares à ne l'avoir pas oubliée était leur roi Fingolfin, et ses pires craintes finirent par se réaliser. Au cœur de l'hiver, des torrents de lave jaillirent d'Angband et ravagèrent la plaine d'Ard-galen, la réduisant à l'état de désert calciné et tuant de nombreux Noldor. Cette attaque marqua le lancement de la quatrième bataille de Beleriand : Dagor Bragollach, la Bataille de la Flamme Subite.

Bataille qui se solda par une victoire écrasante de Morgoth. Les Noldor furent vaincus sur tous les fronts, Fingolfin et Fingon repoussés jusqu'à l'Ered Wethrin, Angrod et Aegnor tués en défendant le Dorthonion, les fils de Fëanor balayés et chassés de leurs royaumes, hors la colline d'Himring. Les exploits accomplis par les EdainHador tué au siège de Barad Eithel, Barahir volant au secours de Finrod dans les Marais de Serech — n'y changèrent rien. Le Peuple de Bëor dut fuir le Dorthonion, et seul son seigneur Barahir refusa d'abandonner les lieux, menant une vie précaire de hors-la-loi avec quelques compagnons.

Voyant que tout semblait perdu, Fingolfin, en proie à une colère désespérée, chevaucha seul vers Angband, et nul n'osa l'arrêter. Là-bas, il défia Morgoth en combat singulier. Le roi des Noldor infligea sept blessures au Seigneur des Ténèbres, mais ce dernier sortit victorieux de l'affrontement, même après que Fingolfin lui eut tranché le pied en un dernier geste désespéré. Thorondor reprit à Morgoth le corps du roi et l'apporta à Gondolin, où Turgon l'inhuma. Fingon succéda à son père comme Haut Roi des Noldor.

Le duel entre Morgoth et Fingolfin (© John Howe)

Le Beleriand ne connut plus jamais de paix véritable après Dagor Bragollach. Deux ans après la bataille, Morgoth envoya son plus puissant serviteur, Sauron, prendre Minas Tirith, la tour qui commandait la Passe du Sirion. Orodreth et les Noldor furent chassés et durent s'enfuir à Nargothrond, tandis que le nouveau maître des lieux faisait de l'île où était édifiée la tour l'antre de ses loups-garous, Tol-in-Gaurhoth. Les Orques ne purent toutefois profiter de ce succès, car le seigneur des Haladin, Halmir, leur infligea avec l'aide des Sindar de Doriath une lourde défaite à l'orée de Brethil.

Les Haladin se trouvaient ainsi aux avant-postes de la guerre, ce qui manqua se révéler néfaste lorsque les jeunes Húrin et Huor, les petits-fils de Halmir, se retrouvèrent isolés lors des affrontements. Mais la bienveillance d'Ulmo était sur eux, et ils furent secourus par Thorondor, qui les conduisit à Gondolin. Ils furent bien accueillis par Turgon, mais émirent le vœu de quitter la Cité Cachée pour pouvoir prendre de nouveau part aux affrontements qui embrasaient alors tout le Beleriand. Le roi hésita, puis accepta à la condition qu'ils ne révèlent jamais l'emplacement de la Cité, un serment qu'ils tinrent. De son côté, Turgon, alarmé par les nouvelles, fit construire des bateaux pour retourner vers l'Ouest et quémander le pardon des Valar, mais aucun de ses messagers n'atteignit jamais la terre d'Aman.

Vers cette même période, de nouveaux Hommes entrèrent au Beleriand : les Hommes Bruns, ou Orientaux. Petits, trapus, aux cheveux et aux yeux sombres, ils étaient secrètement alliés à Morgoth ; mais les fils de Fëanor s'attachèrent néanmoins leurs services, craignant de manquer de bras face à la puissance démesurée d'Angband. De leurs principaux chefs, Bór et ses enfants renièrent Morgoth et jurèrent fidélité à Maedhros et Maglor ; mais les serments que Ulfang le Noir et ses fils prêtèrent à Caranthir devaient être trahis de la pire des façons quelques années plus tard.

Sept ans après la bataille, les armées de Morgoth assaillirent à nouveau Hithlum. Les Eldar furent victorieux, malgré la mort de Galdor le Grand, fils de Hador. Son propre fils, Húrin, encore très jeune mais non dénué de bravoure, lui succéda. Vers la même période, les hors-la-loi de Dorthonion conduits par Barahir furent pris et tués, sauf un : Beren.

← Chapitre 17Chapitre 18Chapitre 19 →

 
tolkien/resumes/silm/qs18.txt · Dernière modification: 30/11/2010 11:35 par zelphalya
Partager sur
Nous suivre sur
https://www.facebook.com/Tolkiendil https://www.twitter.com/TolkiendilFR https://plus.google.com/+Tolkiendil http://www.youtube.com/user/AssoTolkiendil
Tolkiendil - http://www.tolkiendil.com - Tous droits réservés © 1996-2017