Palantíri

CréateurFëanor
SignificationQui voit au loin (quenya)
« Au début, la boule était sombre, d'un noir de jais, et le clair de lune luisait à sa surface. Puis vinrent un léger rayonnement et un mouvement au centre, et elle retenait le regard de Pippin de telle façon qu'il ne pouvait plus le détourner. Bientôt, tout l'intérieur parut en feu ; elle pivotait ou les lumières intérieures tournaient. » Le Seigneur des Anneaux - Livre III - Chapitre 11

Façonnées par Fëanor, les palantíri permettaient à qui les utilisait de projeter son esprit là où il le souhaitait (du moins pour les Pierres majeures) et ainsi de voir ce qu'il souhaitait, voire même de pouvoir converser par la pensée avec une autre personne munie elle aussi d'un palantír.

Amandil, dernier Seigneur d'Andunië, reçut sept palantíri en cadeau des Eldar de Tol Eressëa. Elles ne sombrèrent pas avec l'île, car Elendil, fils d'Amandil, et ses fils Isildur et Anárion les emmenèrent avec eux en Terre du Milieu : Elendil en avait pris trois, qu'il plaça à Annúminas, Amon Sûl et Elostirion ; ses deux fils en avaient deux chacun : ces Pierres étaient celles d'Orthanc, de Minas Anor, de Minas Ithil et d'Osgiliath. Un palantír, toutefois, était resté à Tol Eressëa : c'était la Pierre Maîtresse, qui commandait à toutes les autres ; mais en Terre du Milieu, son existence était inconnue.

Parmi les palantíri des Dúnedain, les Pierres mineures étaient celles d'Orthanc, de Minas Anor, de Minas Ithil et (peut-être) d'Annúminas. Ces palantíri avaient des capacités limitées, et devaient être orientées correctement pour refléter quelque chose (ce que Pippin réussit, par pur hasard, à faire avec la Pierre d'Orthanc) ; en revanche, les Pierres majeures d'Amon Sûl, Elostirion et Osgiliath n'avaient pas besoin de tels préparatifs.

La Pierre-Anor (© Anke Katrin Eissmann)

Seuls les Rois (puis les Intendants) pouvaient se servir des Pierres, et au début, leur existence était connue de tous ; mais lorsque Minas Ithil et son palantír tombèrent entre les mains des Nazgûl), en l'an 2002 du Troisième Âge, les Pierres restantes furent tenues secrètes par les Intendants du Gondor, et de moins en moins utilisées.

Du reste, beaucoup de Pierres avaient été perdues : la Pierre-Osgiliath disparut durant la Lutte Fratricide, au cours d'un incendie qui ravagea la cité (1437 3A) ; les Pierres d'Amon Sûl et d'Annúminas coulèrent avec le navire d'Arvedui dans la Baie de Forochel (1975 3A) ; enfin, la Pierre-Ithil était tombée entre les mains de Sauron (2002 3A). Seules restaient donc les Pierres de Minas Anor, d'Orthanc et d'Elostirion ; mais cette dernière ne présentait aucun intérêt dans la lutte entre les Dúnedain et le Mordor, car Elendil l'avait placée pour qu'elle ne regarde qu'à l'ouest, vers Tol Eressëa, qui lui était toutefois invisible ; les Elfes de Círdan étaient chargés de la garder.

A l'opposé, la Pierre-Ithil fut un instrument redoutable entre les mains de Sauron : il réussit, par son truchement, à se faire un allié de Saruman, qui, trop confiant, avait regardé dans la Pierre-Orthanc, mais aussi à persuader l'Intendant Denethor de sa victoire inéluctable, le plongeant dans un profond désespoir.

Après la Guerre de l'Anneau, seules deux Pierres étaient encore en état de fonctionnement : celles d'Elostirion et d'Orthanc. En effet, la Pierre-Ithil fut détruite lors de l'effondrement de Barad-dûr, et la Pierre-Anor devint inutilisable, sauf pour une personne dotée d'une forte volonté : sinon, seules deux mains de vieillard se consumant étaient visibles dans la Pierre, car Denethor, en se jetant sur son bûcher funéraire, avait avec lui le palantír.

Note linguistique

palantíri
Languequenya
SignificationQui regardent au loin
RéférenceLe Silmarillion, p. 451
Déclinaisonsun palantír, des palantíri

Voir aussi sur Tolkiendil

 
encyclo/artefacts/palantiri.txt · Dernière modification: 05/04/2009 02:03 par amra
Partager sur
Nous suivre sur
https://www.facebook.com/Tolkiendil https://www.twitter.com/TolkiendilFR https://plus.google.com/+Tolkiendil http://www.youtube.com/user/AssoTolkiendil
Tolkiendil - http://www.tolkiendil.com - Tous droits réservés © 1996-2014