Chapitre 22 : La Ruine de Doriath

par Julien Mansencal

Titre originalOf the Ruin of Doriath
Période couvertev. 500 - 507 1A
Lieux Gondolin, Nargothrond, Doriath

Après la mort de Túrin, Morgoth relâcha son père Húrin, qu'il tenait captif depuis Nirnaeth Arnoediad, plus de vingt-cinq ans auparavant. Il n'était nullement animé de bonnes intentions, et comptait bien se servir encore de l'homme, prématurément vieilli par son martyre, pour abattre ceux qui restaient ses principaux adversaires au Beleriand : Elu Thingol et Melian. Húrin put ainsi retrouver ses terres de Dor-lómin, mais nul n'osa l'y approcher, craignant d'avoir affaire à un allié d'Angband — car comment expliquer autrement le retour de l'ancien seigneur que l'on croyait disparu, au milieu d'une escorte de soldats de Morgoth ?

Amer, Húrin reprit la route. Apercevant au loin les pics du Crissaegrim, il se souvint de son séjour à Gondolin et décida de tenter d'y revenir. Il ne sut en trouver l'entrée, et Thorondor, seigneur des Aigles qui veillaient sur la Cité Cachée, vint aviser Turgon de la présence du vieil homme. Le roi cela son cœur, persuadé d'avoir affaire à un traître ; mais il se rappela les exploits de Húrin et envoya finalement les Aigles le chercher. Mais il était trop tard ; et les paroles amères qu'adressa le vieillard au mur impénétrable de l'Echoriath furent entendues des espions de Morgoth, qui eut ainsi une première indication de l'emplacement de la Cité Cachée de Gondolin.

Húrin prit la route du sud et longea l'orée de Brethil, où nul n'osa l'approcher. Il arriva finalement à la Pierre des Infortunés, où l'attendait une vieille femme : son épouse Morwen, qui expira dans ses bras au coucher du soleil. Mais Húrin poursuivit sa route et rallia les ruines de Nargothrond. Nul n'était venu réclamer le trésor de Glaurung, sinon Mîm le Petit-Nain. Húrin prit sa vie pour venger la trahison de son fils et n'emporta, du fabuleux trésor, qu'un seul objet : le Nauglamír. Il se rendit ensuite en Doriath et jeta le collier aux pieds de Elu Thingol avec des paroles amères. Mais Melian lui ouvrit les yeux, et Húrin réalisa qu'il n'avait agi que comme Morgoth le souhaitait. Il quitta Menegroth et, dit-on, finit par se jeter dans l'océan.

Thingol était toujours plus obsédé par son Silmaril, et il décida de le faire sertir au cœur du Nauglamír. Il fit appel à des artisans nains venus de Nogrod, et eux aussi furent pris d'avarice à la vue du fabuleux joyaux. Ils réalisèrent ce que Thingol leur avait demandé, mais refusèrent de lui céder le collier, arguant qu'il avait été réalisé par leurs ancêtres et qu'il leur revenait de droit. Ils tuèrent Thingol et s'enfuirent, mais furent rattrapés et massacrés dans la forêt de Region. Deux d'entre eux, pourtant, parvinrent à rejoindre leur cité d'origine, où la nouvelle entraîna la mobilisation d'une grande armée.

En Doriath, Melian, désormais seule, retira son pouvoir de l'anneau qui protégeait Doriath, remit le Nauglamír à Mablung et repartit pour Valinor. Les Nains déferlèrent sur le royaume des Sindar, désormais sans protection, et entrèrent à Menegroth où se déroula une cruelle bataille, source de la profonde inimitié entre Elfes et Nains qui perdurerait pour les siècles à venir. Enfin, Mablung fut tué et le Silmaril pris, mais les Nains ne purent guère profiter de leur victoire : sur le chemin du retour, au gué de Sarn Athrad, ils furent criblés de flèches par les Laiquendi d'Ossiriand, et les rares survivants furent exterminés par les Ents.

C’était Beren qui conduisait les Elfes ; il reprit le Nauglamír et jeta le trésor de Doriath dans l'Ascar. Il rapporta le collier à Lúthien, et l'on dit que lorsqu'elle le portait, sa beauté était telle qu'on n'en avait jamais vue hors de Valinor ; telle, à dire vrai, qu'elle hâta leur destinée. Leur fils Dior partit pour Doriath et rétablit le royaume de Thingol. Quelques années plus tard, il reçut le Nauglamír, signe que son père et sa mère avaient quitté le monde.

La nouvelle ne tarda pas à se répandre, et les Fils de Fëanor se rassemblèrent et exigèrent que le Silmaril leur soit rendu. Ne recevant pas de réponse, ils attaquèrent Doriath au cœur de l'hiver. Dior et son épouse Nimloth furent tués, de même que Celegorm, Curufin et Caranthir, trois des fils de Fëanor. Des enfants de Dior, ses fils jumeaux Eluréd et Elurín furent abandonnés dans les bois par les serviteurs de Celegorm, où ils connurent probablement un sort funeste, mais sa fille Elwing parvint à s'enfuir avec le Nauglamír, et elle se réfugia aux Bouches du Sirion.

← Chapitre 21Chapitre 22Chapitre 23 →

 
tolkien/resumes/silm/qs22.txt · Dernière modification: 31/07/2012 19:03 par Zelphalya
Partager sur
Nous suivre sur
https://www.facebook.com/Tolkiendil https://www.twitter.com/TolkiendilFR https://plus.google.com/+Tolkiendil http://www.youtube.com/user/AssoTolkiendil
Tolkiendil - http://www.tolkiendil.com - Tous droits réservés © 1996-2017